Le premier classement officiel – mais partiel – des webradios va-t-il stimuler le marché publicitaire ?

Radioline

Pour la première fois en France, l’OJD publie, de façon exhaustive, les chiffres de diffusion globale des Radios numériques. C’est un  début, mais à interpréter avec beaucoup de précautions ! En effet, seules les radios qui l’ont demandé font partie de ce classement. RTL, Lagardère, NextRadioTV ou encore Radio France ainsi que la majorité des stations des Indés Radios ne sont pas mesurées dans cette étude.

En Mai 2013, 6.261 Web Radios ont été contrôlées par l’OJD. Il s’agit des web radios qui ont enregistré au moins cinq heures de durée d’écoute active cumulée sur le mois de Mai 2013.   Le réseau Radionomy se distingue avec un cumul de près de 64 millions d’écoutes actives en mai 2013. La marque NRJ cartonne avec  33 millions de sessions sur l’ensemble de ses webradios dont plus de 8 millions sur NRJ premium avec une DEA de 31 minutes. Il est intéressant d’analyser les détails du classement et de voir quelles thématiques font de « l’audience » et de la durée d’écoute.

OJD Webradios mai 2013

Ces chiffres de Diffusion sont certifiés sur la base de mesures globales déclarées, comprenant tous les types de diffusion numérique, et contrôlées sur la base des fichiers journaux correspondants. Pour réaliser cette mission l’OJD s’est appuyé sur différents prestataires tels que Adswizz et des CDN comme Smartjog, Infomaniak, etc. Selon La Lettre Pro, les webradios qui souhaitent faire partie de la mesure peuvent le faire sur demande à l’OJD.

Les indicateurs contrôlés sont :

  • Ecoutes actives (ou Sessions d’Ecoute Active) : Nombre total d’Ecoutes Actives cumulées d’une Web Radio au cours d’un mois. Est considérée comme Ecoute Active, toute session ouverte depuis 30 secondes ou plus d’une même Web Radio.
  • Durée d’Ecoute totale : Nombre d’heures totales d’écoute d’une Web Radio dans le cadre de sessions d’Ecoutes actives au cours d’un mois.
  • Durée d’Ecoute Moyenne : Durée moyenne d’Ecoute d’une Web Radio par session d’Ecoute Active.

Et la pub dans tout ça ?

Même si rien n’indique la quantité d’auditeurs, d’utilisateurs uniques, ces premiers indicateurs vont permettre de stimuler la commercialisation de certaines webradios. Ces chiffres attireront sans doute l’attention des agences sur l’audience inexploitée des radios sur Internet. Mais pour ma part, je maintiens ma prévision : individuellement, les webradios ne représentent pas une audience attractive pour les annonceurs nationaux. Les plateformes et groupes qui pourront afficher un volume d’audience significatif vont commercialiser une audience agrégée, soit. Mais à quel prix ? Pour quel revenu individuel ? Avec quel volume publicitaire ? Est-ce que le rapport volume publicitaire vs chiffre d’affaires vaudra la peine d’encombrer un programme thématique ? C’est donc individuellement que les webradios pourront générer un revenu significatif tout en respectant leur auditeurs. Avec des partenaires choisis, des concepts de Brand Content audacieux, des mix radio + réseaux sociaux + mobile, des messages créatifs intelligemment intégrés dans le programme, un Smart Mediaplanning étalé sur le long terme plutôt que des actions concentrées… L’aventure ne fait que commencer !

Michel Colin

Le communiqué de presse OJD et les tableaux d’audiences des webradios en mai 2013

 

7 commentaires pour “Le premier classement officiel – mais partiel – des webradios va-t-il stimuler le marché publicitaire ?

  1. Dommage que l’on ait juste un aperçu du classement sur les milliers de webradios existantes. Mais c’est un départ!

  2. Bravo et merci pour votre article !

    Si je peux me permettre il s’agit de mesure de Diffusion et non de l’audience, c’est une mesure quantitative et exhaustive.

    En revanche, vous avez bien décrit qu’il ne s’agit que des éditeurs qui ton demandé à être contrôlé par un tiers de confiance.

  3. Merci pour la précision, j’ai corrigé le titre ! Quel sera le tarif pour une webradio qui souhaiterait être mesurée ?

  4. L’OJD est une association Loi 1901, cela veut dire que les charges sont réparties entre adhérents en fonction des volumes contrôlés, cela varie donc en fonction du nombre de Web Radios et leurs volumes d’Écoutes.

    En somme, pour une Web Radio seule, la cotisation annuelle devrait osciller entre 500 et 900 € par an.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *