Sondages #Médiamétrie : le situation est abracadabrantesque, mais le média se porte plutôt bien !

Médiamétrie a publié aujourd’hui l’étude 126 000 pour Mai – juin 2016. Mais la publication de l’étude Médialocales, sur la période septembre 2015 – juin 2016, est reportée au jeudi 4 août à 14h au lieu du jeudi 21 juillet. Après l’annonce de l’exclusion de Fun Radio des prochains sondages d’audience, ce délai supplémentaire est lié à un besoin de retraitement complet des données collectées par sondage téléphonique tout au long de la saison. Les classements par zones géographiques et échantillonnages ne prendront donc, pas en compte, l’audience de Fun Radio. Cette publication tardive pose des problèmes, notamment aux Indés radios qui attendent ces chiffres annuels avec impatience. Ce sont les résultats des Médialocales qui déterminent l’assiette de calcul de leur chiffre d’affaires publicitaire national de l’année à venir ! 

A part ça, le média radio se porte plutôt bien !

Capture d'écran 2016-07-13 11.53.11

Les résultats de l’étude 126000  avril-juin 2016 publiée ce matin sont rassurants. Même si l’on perd 0,7% d’audience cumulée, il y a toujours 79,1 français sur 100 à l’écoute du média radio, en semaine, ce qui représente une sacrée bonne pénétration du média, par les temps qui courent et face à l’augmentation exponentielle de la consommation d’internet.

Encore mieux ! La durée d’écoute est stable à 2h53 par jour (L-V) et 2h31 le week end. Le temps passé sur les activités multi-tâches, multi-écrans, n’affecte donc pas le temps phénoménal consacré au média radio. Selon Médiamétrie, il va de soi.

Les radios privées commerciales renoncent à analyser les audiences de l’étude 126 000 Radio !

(Source Frédéric Brulhatour – La lettre Pro du 13/07/2016) Énième épisode consécutif au FunGate : les radios privées (Lagardère Active, NRJ Group, NextRadioTV, Skyrock et Les Indés Radios) ont annoncé hier soir leur intention de ne pas « analyser publiquement les chiffres de Médiamétrie. Contraints par ces faits sans précédents, nous renonçons à toute communication sur cette enquête » ont-elles annoncé.

« Médiamétrie nous a informés de la méthode statistique de correction retenue, pour corriger, selon elle, les audiences de Fun Radio, sans toutefois évaluer les conséquences sur les autres radios. Or, les premières constations font apparaître que cette méthode telle qu’elle a été appliquée, a eu pour effet de sous évaluer fortement les résultats d’autres radios, notamment celles qui ont de nombreux auditeurs communs avec Fun Radio et qui perdent mécaniquement les déclarants annulés » (un auditeur écoute en moyenne 4 radios sur trois semaines) expliquent les radios privées.
Selon elles, « les audiences sont ainsi inférieures à l’audience réelle du fait du nombre de déclarants perdus. En conséquence, il nous est impossible d’analyser publiquement les chiffres de Médiamétrie. Contraints par ces faits sans précédents, nous renonçons à toute communication sur cette enquête » précisent les radios.

Mais bon, les chiffres trimestriels sont publiés, et chacun aura le loisir de les analyser quand même !

Capture d'écran 2016-07-13 12.04.16

Il faut espérer que la situation abracadabrantesque déclenchée par Bruno Guillon ne discrédite pas trop le média dans son ensemble. (A lire l’excellent papier de Frederic Brulhatour ce matin qui m’a inspiré le titre de cet article). Si cette polémique reste entre pros de la radio ce n’est pas trop grave. Par contre l’effet sur les agences et les grands annonceurs risque d’être plus douloureux si un manque de confiance s’installe.

D’autant que la polémique suivante est déjà lancée : La méthodologie déclarative de recueil des données de Médiamétrie révèle un retard technologique important. La Suisse, par exemple, utilise depuis 15 ans l’audimétrie, une mesure électronique beaucoup plus précise, fiable et rapide. Le Fungate français n’aurait pas pu se produire en Suisse ! Si le sujet vous intéresse,  consultez le dernier numéro de La Lettre Pro n°80 dans lequel j’ai rédigé un article prédictif ; « la polémique sur les audiences éclaire un retard technologique des radios françaises« 

Michel Colin 

 

Pour les analyses, commentaires et rebondissements, rendez-vous sur le site de La lettre Pro !
Le pdf du communiqué 126 000 avril-juin 2016 Médiamétrie.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.