La monétisation digitale, le talon d’Achille des radios.

Dans son dernier rapport, « Analyse comparative des revenus numériques des médias locaux » Borrell & Associates met en évidence le retard des radios américaines en terme de revenus digitaux par rapport aux autres médias. Mêmes causes, mêmes effets ; le retard français est encore plus important.

 

 

La baisse de revenus publicitaires des radios américaines (de12 milliards de $ en 2013 à 10 en 2018) n’est pas compensée par les 10% de chiffre d’affaires issus du digital. La part de marché digitale des autres médias traditionnels est bien meilleure : TV et presse écrite génèrent entre 15% et 30% de revenus digitaux. Aujourd’hui 80% des commerciaux des médias traditionnels commercialisent des solutions digitales. Selon Borrell, une station de radio américaine moyenne a généré des revenus numériques d’environ 256 000 $ en 2018.

Les 5 dernières années, le marché publicitaire digital local a triplé. Aujourd’hui 63% des investissements des annonceurs locaux vont sur le digital et en grande partie sur Facebook (et les annonceurs en sont très satisfaits).

Entre 2013 et 2018, la publicité radiophonique et télévisuelle a perdu environ 8 points de part de marché au profit du numérique. Borrell affirme que cela se poursuivra jusqu’en 2023. «C’est au tour des médias audiovisuels de ressentir la perturbation. Depuis 2012, les vitesses d’accès à Internet ont été multipliées par six, transformant l’audience numérique des lecteurs en auditeurs et en téléspectateurs. « 

Obtenez le rapport complet de 52 pages de Borrell ICI

Pour former vos équipes à la commercialisation Radio + Digital cliquez ICI

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.