La commercialisation Radio + Facebook, pour ou contre ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
La-commercialisation-radio-plus-Facebook

Certains patrons de radio pensent que c’est une hérésie de commercialiser des publications Facebook. D’autres, à l’inverse, ont développé une offre commerciale digitale digne d’une webagency. Qui à raison ? Pour ou contre, il va falloir faire le choix le plus favorable à la survie du média.

 

Réalistes ou rétrogrades, voici les arguments des opposants à Facebook

  • Promouvoir l’idée d’annoncer sur Facebook auprès des annonceurs radio contribue à légitimer le réseau social et à encourager les investissements publicitaires sur le réseau au détriment de la radio.
  • La radio, média local, menacé par les GAFA ne peut pas pactiser avec le diable.
  • Facebook exploite déjà les contenus des médias sans partage de profits.
  • Encourager Facebook c’est légitimer les fake news, alors que la radio est perçue comme le média le plus crédible.
  • Facebook et Google captent déjà 75% du marché de la publicité digitale en France.
  • Les GAFA sont une menace pour l’information et entrainent la perte de milliers d’emplois dans les médias

 

Réalistes ou opportunistes, voici les arguments des favorables à Facebook

  • Les supports publicitaires digitaux (digital media) sont les seuls leviers de croissance des médias traditionnels.
  • 75% des annonceurs locaux font déjà de la pub sur Facebook. Si vous ne vendez pas Facebook à vos clients, d’autres s’en chargeront à votre place et vous perdrez le contrôle de vos annonceurs.
  • Il n’est pas réaliste d’ignorer l’efficacité publicitaire de Facebook, les annonceurs le savent très bien. Affirmer le contraire n’est pas crédible. L’objectif des commerciaux est la réussite des clients, en toute objectivité.
  • La plupart des annonceurs locaux utilisent Facebook sans compétence. Apporter une expertise Radio + Facebook permet de consolider la confiance des clients et de gagner de nouveaux annonceurs.
  • La crise l’a prouvé, avec l’info hyper locale et l’accompagnement de proximité, la radio n’a rien à craindre de Facebook.
  • La radio est particulièrement efficace dans le drive-to-web, devenu depuis la crise une stratégie incontournable de la majorité des annonceurs.
  • Les offres Radio + Facebook  permettent à elles seules de réussir des opérations cross medias (jeux-vidéo-contenus de marques-publicité) adaptées à toutes tailles d’annonceurs.
  • Toutes les radios ont développé de très fortes communautés sociales (Facebook & Instagram en particulier). Quelle est la logique de faire autant d’efforts sur Facebook si ça ne rapporte rien ?
  • La communauté Facebook d’une radio est généralement 10 à 100 fois supérieure au nombre moyen de fans de la page Facebook d’un annonceur local. C’est un argument de poids imposer une offre commerciale Radio+Facebook !
  • Pourquoi ne pas monétiser les publications Facebook (jeux, post, vidéos) qui laissent une marge brute de 95% du revenu (le 5% restant est investi en Ads) ?

 

Avez-vous assez d’éléments pour vous faire une idée de la stratégie à adopter ?

Pour ma part, je pense que, comme au judo, il vaut mieux utiliser la force de l’adversaire plutôt que de subir le combat, surtout face à beaucoup plus fort que soi. Je ne milite pas en faveur de Facebook sans raison, mais mon job est d’aider mes clients, les régies et radios, à 1/ consolider le chiffre d’affaires radio, puis 2/ développer de nouvelles sources de revenus. La commercialisation de solutions Radio + Facebook (post, jeux, vidéos) est la solution la plus profitable, la plus facile, la plus rapide à mettre en œuvre pour générer des revenus digitaux locaux tout en répondant aux attentes des commerçants de proximité.

La crise pousse encore plus d’annonceurs sur le digital et il est capital que les commerciaux soient armés face à cette évolution. Aux États-Unis, les radios locales ont compris l’enjeu depuis plusieurs années et ont développé des offres digitales complètes (Facebook, Google, Waze, services web, e-commerce, push sms…) qui les aident à générer des revenus additionnels et à consolider le chiffre d’affaires radio.

En France, les solutions digitales commercialisées par NRJ Global Régions depuis près de 10 ans génèrent une part très significative du business de la régie. A Lyon, le groupe indépendant EG Active dispose d’une équipe digitale d’une dizaine de personnes pour épauler ses 16 commerciaux radio, pour qui les offres Radio + Facebook sont devenus des aides à la vente incontournables. Et c’était déjà comme ça avant la crise… Alors, pour ou contre ?

 

Michel Colin
Consulting-Formation-Conférences
Mediatic Conseils

 

N’hésitez pas à commenter cet article afin de partager votre analyse. Et si vous avez besoin d’aide, de conseils, pour configurer vos offres commerciales digitales ou former vos équipes de ventes, contactez moi !