Idée Promo : 15’000 € à gagner si vous crackez le code !

Créé par Rick Fox (Sonic Bullet) pour 98FM à Dublin, la mécanique de ce jeu très addictif est simple à mettre en place. Il s’agit de découvrir une combinaison de 4 chiffres. Les auditeurs qui ont entendu les réponses précédentes peuvent éliminer les combinaisons déjà tentées (elles s’affichent à l’écran de la webcam studio). A chaque tentative le gain diminue. Il y a 10’000 combinaisons possibles mais seulement 15 joueurs.

Dans la vidéo, la radio avait mis en jeu 15’000 euros. Après chaque tentative la dotation diminuait de 1’000 euros. C’est la 13e auditrice qui a trouvé la bonne combinaison et a remporté 2’000 euros.

Vous pouvez aussi organiser ce type de jeu avec des « concours assurés » (voir l’article de mai 2009 à ce sujet) comme le propose la société Emirat.

Oxymedia, la régie de Totem cultive la relation avec ses clients par emails bi-mensuels

enews Oxymedia

 

Entretenir la relation avec les clients et les prospects peut se faire avec une simple enews letter. Il faut pour cela que :

  • le message soit court (une page maximum),
  • le contenu soit « éducatif », informatif et utile. Pas nécessairement trop promotionnel.
  • l’actualité donne un intérêt de lecture supplémentaire.
  • la fréquence régulière et ponctuelle des envois contribue à installer une habitude, augmente l’intérêt de lecture et fidélise.

Il est facile de s’abonner ou de se désabonner. La news letter doit apparaître proprement dans le corps de l’email et s’afficher sur toutes les messageries ou en ligne d’un simple clic. Vous pouvez utiliser à cet effet des logiciels professionnels qui vous donneront de meilleurs résultats que le bricolage d’un pdf dans vos emails. Les logiciels (payants) comme Mad Mimi vous permettent de facilement mettre en page vos messages, intégrer des images, de créer des listes d’envois, de contrôler les statistiques de consultation. Vous pouvez savoir qui a cliqué sur chaque lien de votre message !

Pour vous abonner à la enews letter d’Oxymedia : contact@oxymedia.fr

La Gamification, un Serious Games pour les Radios Innovantes

Amy Jo Kim – Shuffle Brain

La chercheuse américaine Amy Jo Kim (Shuffle Brain) avait théorisé le concept de gamification, en 2009 déjà…

La Gamification*  est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu. (Wikipedia)

* ludification en  français mais ce n’est pas très glamour, n’est pas ?

 Pour Amy Jo Kim, la ludification se résume à cinq caractéristiques :

  • la collecte simple
  • gagner, marquer des points
  • interactions, retours, feedback
  • échanger entre joueurs
  • personnaliser le service

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations (Wikipedia). 

Nous sommes dans l’univers du Social Gaming, proche du Neuromarketing… et aussi des Techniques de Manipulation.

Serious Game Expo à Lyon

Innover, améliorer la performance… L’étude des mécaniques de jeu ; de sérieuses applications pour les radios.

 La gamification permet d’innover.

  • A l’antenne, la gamification est dans l’organisation des programmes, dans les interactions avec les auditeurs, l’engagement, les mécaniques de jeux, de teasing, de fidélisation, de promotion, l’habillage, la création sonore…

  • En marketing, la ludification (en français dans le texte) peut orienter la collecte de bases de données auditeurs, profilés. Elle influence aussi  l’accessibilité et la compréhension des programmes par les auditeurs, le branding de la station, le community manager, la consommation du média (DEA, lieu d’écoute, canal…).
  • Agences médias, créatifs et commerciaux  pourront élaborer des stratégies de communication avec un R.O.I. mesurable (retours, stats, leads…). L’interaction, la viralité, la réativité, la personnalisation des campagnes vont attirer les annonceurs. Autant sur la marché local que national. Autant pour la radio que pour des opérations cross media.

La gamification, appliquée à la vente.

En gamification, le cycle du joueur, passe par 3 étapes clés. Voici ces trois statuts, interprétés sous l’angle de la vente  :

  1. La découverte : L’objectif n’est plus d’interroger le client mais de lui donner une vision sympathique de la radio, l’envie de venir ou d’y revenir, un gain immédiat, une satisfaction, un bon conseil, une idée constructive, une garantie.
  2. L’apprentissage : Le client apprend à utiliser le média au fil du temps. Mieux on connait un outil plus on l’utilise. La confiance s’installe.
  3. La masterisation : Satisfait de son expérience, fidélisé, le client partage ses connaissances, recommande la radio. Un annonceur qui connait parfaitement la radio pourra aussi faire preuve de créativité et inventer des fonctionnalités (elgamifictor.com).

Le consommateur doit être toujours plus attentif. Il y a des lois pour le protéger et une éthique à respecter. Attention ! Derrière le plaisir du Serious Gamer il y a toujours une manipulation de l’esprit.
 

Michel Colin – Radiopub.fr 09/2012

 

Sources :

 

Vous trouverez les règles juridiques de la promotion des ventes et de nombreuses informations sur le site de Philippe Ingold : Cles-promo

 

7 Bonnes Raisons de constituer une Base de Données Auditeurs pour Monétiser votre Radio en Ligne

Nous vivons à l’ère des bases de données. La valeur de Google, de Facebook, de la plupart des réseaux sociaux et des applications interactives, repose sur la taille et la sophistication de leur base de données utilisateurs. De leur côté, les radios organisent depuis toujours des jeux et concours, jadis sur carte postales et flyers, aujourd’hui par sms, téléphone, email ou avec des formulaires en ligne. Malheureusement, ces précieuses données ne sont pas exploitées. Combien de radios disposent en 2013 d’une base de données auditeurs digne de ce nom ?

Les américains considéraient l’an dernier que les radios devaient posséder au moins 20% de leur audience dans une base de données qualifiée (adresse email, profil Facebook, CSP, téléphone…). Certaines d’entres-elles ont même valorisé cet actif dans leur bilan. Aujourd’hui, le sujet de l’enregistrement des auditeurs des plateformes webradios est un sujet brûlant du NAB de Las Vegas.

Pandora possède les données de 100% de ses 147 millions d’inscrits et de ses 49 millions d’auditeurs réguliers. La plateforme de webradios américaine a réalisé un chiffre d’affaire publicitaire de 81,3 millions de $ en 2011 pour une valeur boursière de 1,32 milliards de $. ..

En Angleterre, Absolute Radio a choisi d’exploiter ce nouveau modèle économique. En France il semble que peu de radios n’aient encore bien saisi la dimension de l’enjeu…

Voici donc 7 bonnes raisons de constituer une base de données auditeurs :

  1. Connaître vos auditeurs aussi bien que Facebook connait ses utilisateurs
  2. Géolocaliser en temps réel les auditeurs qui ont accepté de donner leurs données de localisation
  3. Personnaliser le contenu du programme en fonction des attentes et préférences de l’auditeur
  4. Offrir un contenu premium gratuit qui fidélise les auditeurs inscrits (concours VIP…)
  5. Engager la conversation, interagir avec les auditeurs
  6. Personnaliser les messages publicitaires en fonction des centres d’intérêts des auditeurs
  7. Monétiser cette richesse ! Vendre des spots et display ciblés sur des auditeurs identifiés.


Astuce :
  La première étape de ce processus pourrait être l’acquisition d’un logiciel comme NeoAgent qui vous permettra de gagner du temps en laissant le soin aux auditeurs de saisir eux-mêmes leurs données. La solution développée par les français de NeoGroupe, vous permet d’intégrer dans une base de données unique les sms, emails, commentaires web, Facebook, Twitter de vos auditeurs.

Michel Colin

Webradios : les 7 secrets de la réussite

Le modèle économique de la webradio se profile. Monétisation des flux sans pub, pré roll, display, spots, OPS, affiliation, e-commerce… Les sources de profits sont multiples. Les revenus potentiels des webradios sont bien plus diversifiés que ceux de leurs ancêtres, les FM. Il faut maintenant séduire l’annonceur, lui expliquer ce qu’il a à gagner. Pour en arriver là, il est nécessaire de respecter quelques règles de bases.

7 lois fondamentales de la radio s’imposent aux webradios :

  1. La présence, le confort. Pas de FM puissante sans signal impressionnant. Donc pas de webradio leader sans un flux continu HD sur tous les canaux possibles. A défaut, les auditeurs iront là où le confort d’écoute est meilleur, chercher de la musique digitale ou des podcasts.
  2. La proximité est un atout majeur, qu’elle soit géo-localisée ou relationnelle. Depuis toujours, la radio est un réseau social interactif et instantané. La longue traîne des webradios sera, elle aussi, dominée par quelques marques globales et d’innombrables médias communautaires.
  3. Le programme doit être orchestré par des orfèvres, pas seulement par des machines. Les contenus interactifs, musique, divertissement ou infos, engagent l’auditeur.
  4. La promotion, le branding, la communication, doivent atteindre la bonne cible, aux bons moments, dans le bon contexte. Et plus brillante sera votre marque, plus elle attirera et captera l’attention.
  5. Le marketing doit être pensé comme l’un des piliers de la réussite de l’aventure. Marketing auditeur autant que marketing client.
  6. La valeur, le bénéfice pour l’annonceur, tant quali que quanti, doit être mesurable. Au marketing, de véritables ingénieurs en solutions doivent apporter leur expertise du média : stratégie, création publicitaire, média planning, stats, R.O.I..
  7. L’intégration multiplateforme doit être optimisée avec inventivité : la radio visuelle, le dialogue social, les alertes, le mobile, le e-commerce, les données utilisateurs…

C’est ensuite que le jeu de séduction peut commencer. Les annonceurs seront intéressés par des performances pertinentes, hyper ciblées, des idées créatives personnalisées, multiplateformes, et avant tout par des solutions efficaces.

Michel Colin
www.radiopub.fr 

Une bonne idée de spot pub radio vaut mieux que tous les bons arguments. Témoignage.

Je suis Anders Berthoumieu, attaché commercial pour 100% Radio sur les départements de l’Aude et l’Ariège. J’ai suivi les formations commerciales de Michel Colin.

L’Ariège est une de nos nouvelles zones d’écoute avec encore un déficit de notoriété. Cependant j’ai démarché le client Cuisinella dans l’Ariège avec une idée de message (« Virus ») car à ce moment là il y avait dans le Sud de la France une épidémie de virus de dingue.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Suite au succès de cette première campagne (une vingtaine de contacts et 5 cuisines vendues) le client a ensuite pris un abonnement annuel chez nous. Les nouveaux messages tourneront autour d’une même idée, les vieilles cuisines qui sont victimes des cuisines Cuisinella (spot « Soldes »).

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les spots ont été réalisés par le studio Django.

Astral Media Radio fidélise ses clients avec des milles

 

Aeroplan

 

Le nouveau programme de fidélisation récompensera les clients directs d'Astral Media Radio (83 radios au Canada) avec des milles Aéroplan lorsqu'ils investiront en publicité radio et web.

Lire la suite