Investissements publicitaires : au T1 2016, le digital devient le premier média devant la télé, très loin devant la radio…

marche pub T1 2016

Selon l’observatoire de l’e-pub SRI, réalisé par PwC en partenariat avec l’Udecam, pour la première fois, au premier semestre 2016, les investissements publicitaires sur Internet ont dépassé la télévision. La publicité en ligne totalise 30 % des investissements publicitaires sur cette période, quand la radio rassemble, elle, 4,7 % des achats médias.

Pour les nombreuses radios locales qui n’ont pas encore enclenché leur transformation digitale et recherchent comment développer des revenus autour de l’Internet, Mediatic Conseils propose plusieurs solutions, simples et immédiatement rentables. Nous vous accompagnons pour la formation de vos commerciaux  et la mise en place de vos offres digitales :

  • la commercialisation des réseaux sociaux à travers des jeux-concours, des OPS cross medias…
  • la commercialisation d’activités de Community Management, de webmarketing
  • la commercialisation de la base de données auditeurs
  • la commercialisation d’opérations antennes et d’événements radio avec un dispositif cross media digital
  • la commercialisation de streaming géolocalisé
  • des concepts commerciaux radio + digital clés en mains

N’attendez plus ! Contactez nous : conseils@mediatic.ch

Jelli, ce serveur de publicité radio programmatique global va-t-il remplacer les commerciaux radios ?

 La radio programmatique continue de se développer à vive allure aux États-Unis avec le lancement par l’ad server Jelli d’une plateforme d’achat (DSP) d’inventaire audio nommée SpotPlan.

 

 

(source Ad-Exchange.fr) La plateforme offre aux agences et aux annonceurs l’accès à l’achat d’inventaires proposées de manière programmatique par les partenaires de Jelli, à savoir iHeartMedia (858 radios) et Kats Media Groupe (régie réunissant 275 radios).  Jelli donne accès à une audience de 245 millions d’américains, soit déjà plus que Google ou Facebook !

 

Capture d'écran 2016-05-18 12.19.33

 

La plateforme permet l’achat d’impressions en temps réel et le ciblage d’audiences sur les deux ad exchanges ( iHeartMedia (858 chaînes) et Kats Media Groupe (régie réunissant 275 chaînes). Tout le processus d’achat est en effet automatisé. Parmi les agences la testant à son lancement on cite Starcom, Mediavest | Spark, Dentsu Aegis Network, Horizon Media, Havas Media, IPG Mediabrands et Varick Media Management, représentant collectivement un budget annuel d’achats d’inventaire radio aux États-Unis de $ 1 milliard.

En parallèle, l’adserver de Jelli se connecte à toutes les stations qui acceptent d’y devenir membres, prend en compte les ordres d’achats d’inventaire et les campagnes négociées par les équipes en direct (ces données sont intégrées dans le système). A chaque fois que la pause publicitaire est en route, la plateforme prend le dessus et diffuse la campagne prévue.

 

Capture d'écran 2016-05-18 12.25.41

Jelli préfigure le futur de la commercialisation radio :

  • Les annonceurs et les agences achèteront l’espace publicitaire radio depuis leur tablette.
  • Leurs cibles ne seront plus les audiences radio mais des individus.
  • Les commerciaux qui resteront en course utiliseront tous la même plateforme pour les commandes.
  • Les planificateurs devront se reconvertir en conseillers, experts en achat programmatique.
  • L’activité commerciale consistera à éduquer, conseiller les clients.
  • Les messages pourront être personnalisés par type d’auditeur.
  • Les spots radio seront produits par des robots (c’est déjà possible).
  • L’enjeu de la création publicitaire restera toutefois un élément majeur.
  • L’audio online sera aussi facile à acheter qu’une pub sur Google ou Facebook.
  • Tout sera traçable, du contact jusqu’à la conversion (l’achat final)

Si vous avez besoin d’aide, de conseils, d’éclairages ou de formations dans le développement de votre activité commerciale radio, contactez moi !

 

Michel Colin
Mediatic Conseils

 

 

 

Marché pub français 2015 : la radio s’en sort très bien, la presse plonge et le digital progresse

pubometre IREP
Les recettes publicitaires des médias ont limité leur baisse à 1,1% en 2015, et devraient se stabiliser cette année, après une longue période de crise, selon l’Institut de recherches et d’études publicitaires (IREP) et France Pub.

La radio, longtemps considérée comme un refuge en temps de crise, a cédé modestement 0,8% en 2015 (720 millions €). La presse quotidienne et gratuite, les annuaires poursuivent leur descente aux enfers. La publicité numérique (bannières, mots-clefs sur les moteurs de recherche et mobile) caracole en hausse de 5,9%,  à 2,6 milliards €, soit un marché déjà 3,6 fois plus important que la radio.

Capture d’écran 2016-03-30 à 19.45.37

Pour la première fois, l’étude FrancePub intègre un nouveau poste appelé « médias propriétaires » qui comprend la part imputée au budget de communication des entreprises dans des  domaines tels que la création de sites et d’applis, la gestion, exploitation et analyse des différentes bases de données (targeting, datamining) ainsi que la création de contenus (Brand content) & animation de réseaux sociaux (Community Manager). Sur ce poste, les dépenses de communication des annonceurs sont estimées à 2,1 milliards €.

 

Source CBNEWS

Prévisions : d’ici 2020 aux USA, la croissance des recettes publicitaires radios sera forte mais exclusivement digitale

Capture d’écran 2016-03-30 à 19.03.50

 

Le nouveau rapport de l’expert des médias américain, Jack Myers, met en lumière les prévisions de recettes publicitaires pour la radio et les autres médias de 2015 à 2020 aux USA.

En résumé :

  • Les recettes publicitaires de la radio FM (publicité non-numérique uniquement) devraient stagner avec 0,6% de croissance par an.
  • Les recettes de la publicité numérique augmenteront de 18% par an au cours des cinq prochaines années.
  • Cela signifie que la publicité online  passera de 9% du chiffre d’affaires global des radios en 2015 à 19% en 2020. En d’autres termes, toute la croissance du chiffre d’affaires publicitaire radio proviendra du digital (streaming, pre roll, mid roll…).
  • Les estimations des revenus publicitaires de la radio vont surpasser ceux de la presse. Non pas parce que la radio est en hausse, mais parce que la presse est en perdition aux USA.
  • Ce qui est aussi intéressant est la statistique de Jack Myers pour l’audio online, c’est à dire la publicité sur les plateformes de streaming (Spotify, Deezer…) et le sponsoring du podcasting. Ces revenus progresseront aux USA de 22,9% par an, soit plus que la publicité radio numérique terrestre.

Les prévisions de recettes publicitaires pour la publicité digitale aux USA de 2015 à 2020

Capture d’écran 2016-03-30 à 19.04.04

Les prévisions de recettes publicitaires pour la publicité traditionnelle aux USA de 2015 à 2020

Capture d’écran 2016-03-30 à 19.04.14

#rr20 Le Baromètre Kantar affiche +37% d’activité publicitaire Radio 2.0 

Capture d’écran 2015-10-13 à 23.39.33

Voici les points clés  du Baromètre de la Radio 2.0 présenté par Kantar lors des Rencontres Radio 2.0 :

  • Des investissements publicitaires en ligne et un nombre d’annonceurs en progression constante.
  • De janvier à septembre 2015 (vs 2014) : +37% d’impressions, +15% d’annonceurs.
  • Le top 10 des investisseurs dans la radio 2.0 : Meetic en tête devant Norauto, Sports 2000, Mac Donalds, Pernod, Conforma, Leroy Merlin, Universal Music, SNCF et Ferrero.
  • 15 secteurs d’activités et 92 annonceurs actifs
  • A l’image du plurimédia, la distribution représente un quart du volume publicitaire de janvier à septembre 2015. Augmentation significative des secteurs boissons et banque assurance.
  • 35% des enseignes de la grande distribution sont présentes sur le media radio 2.0.

Capture d’écran 2015-10-13 à 23.39.16

Etude réalisées avec le concours de Spotify, Deezer et Target Spot  sur la base de déclaratifs secteurs, annonceurs en volume d’impressions servies Janvier-septembre 2015

Kantar Media Baromètre Radio 2 0 – Janv-Sept 2015

 

 

 

La publicité sur les réseaux sociaux gagne du terrain

Capture d’écran 2015-07-10 à 17.37.25

Au 1er semestre 2015, le marché français de la publicité digitale atteint près d’1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires net, soit une progression de 3,5 % par rapport au 1er semestre 2014.

Le SRI, l’UDECAM et PwC ont présenté hier les résultats de la 14ème édition de l’Observatoire de l’e-pub. En progression de 3,5 % au 1er semestre 2015, la communication « online », tirée par le mobile (+63%), lui-même tiré par le social (+55%), atteint près d’1,5 milliard d’euros nets de chiffre d’affaires :

Selon Matthieu Aubusson, Associé PwC : « La part du digital continue à croître en 2015 dans un marché publicitaire atone. Porté par le mobile, le social et la vidéo, il démontre tous les jours sa capacité à innover sur les modes d’achats, les formats ou les devices. Cette dynamique rappelle le besoin accru d’agilité de l’ensemble des acteurs pour tirer profit des opportunités de croissance ».

Téléchargez l’étude complète

 

 

 

Tendances 2015 : le futur de la radio est sur mobile

internet-trends-2015-radiopub

XAPPmedia a décortiqué le rapport de Mary Meeker (KPCB, mai 2015) présentant les tendances internet 2015 pour en extraire les infos concernant le média radio. Résumé en 5 points :

1. Depuis 2011, le temps passé sur mobile a considérablement augmenté, passant de 8% à 24% en 2015 (+200%), tandis que le temps passé à écouter la radio AM/FM a décliné de 31% (16% en 2011 vs 11% en 2015). Le temps passé sur mobile englobe toutefois l’écoute webradio et la consommation de contenus audio en streaming.

chart1-percent-time-media

2. L’augmentation de la durée d’écoute radio est uniquement due à la progression de l’écoute radio internet : la radio AM/FM a perdu 7 minutes d’écoute entre 2011 et 2015 alors que la radio internet a gagné 13 minutes d’écoute entre 2014 et 2015 (eMarketer, 2015).

 

chart2-share-time-broadcast-internet-radio

3. Les investissements publicitaires augmentent très nettement pour le mobile : $100 millions dépensés dans le mobile en 2010 et selon eMarketer et BIA/Kelsey, entre $2.75 à $2.90 milliards seront investis en 2015. La tendance est à la stagnation pour les investissements radio AM/FM, voire à la baisse si l’on prend en compte l’inflation (- $1.3 milliards entre 2010 et 2014 en intégrant l’inflation).

chart3-percent-advertising-spend

4. L’écart entre la consommation radio et les investissements pubs qui sont dédiés au média tend à réduire. Ceci s’explique toutefois par la baisse de la consommation radio plutôt que par l’augmentation des investissements publicitaires. A l’inverse, la conso média sur mobile évolue plus vite que les investissements pubs mobiles, d’où le ratio négatif dans le graphique ci-dessous.

 

chart4-ad-share-vs-media-time-share-gap

5. Bien que la radio AM/FM ne soit pas en péril, l’avenir de la radio est clairement digital : les nouveaux moments d’écoute générés par internet et la multiplication des supports sont de réelles opportunités en termes de monétisation. Les broadcasters doivent s’adapter aux nouveaux usages du média et au comportement changeant des auditeurs.

Marché publicitaire français : reprise dès 2016 avec internet comme premier média

IPG Mediabrands livre les résultats de l’édition 2015 de son étude Magna Global sur les recettes et les investissements publicitaires dans 73 pays. Les médias numériques continuent de progresser partout.

investissement France 2014 2016

Avec un taux estimé de +1,5% en 2016 vs 2015 pour le marché publicitaire français, Magna Global (IPG Mediabrands) montre des signes d’optimisme pour le marché hexagonal. Cette évolution s’accompagne de la prise de pouvoir du digital dès 2016 estimé à 33,5% de part de marché contre 6,3% pour la Radio.

Ce courant est identique dans le monde, où Magna prévoit qu’Internet deviendra globalement le premier média en 2018, soit un an plus tôt que les prévisions précédentes. La France sera le 15ème pays (sur les 73 analysés par Magna Global) à atteindre cette étape symbolique.

Dans le monde, le mobile bénéficie de croissance soutenue et est estimé à 55% de part du digital en 2019. En France, le mobile passera le seuil des 10% de part du marché publicitaire en 2016 selon les estimations.