Partenariat NRJ/Têtes Brûlées : exemple d’une opé réussie

tetes-brulees-radiopub

Grâce à un partenariat avec NRJ mi-avril, la marque de confiserie pour ados Têtes Brûlées a profité d’une belle exposition auprès des auditeurs de la station.

Pendant une semaine, Cauet et son équipe ont relevé des défis à base des fameux bonbons acides et invité les auditeurs à appeler la station pour parier sur les résultats et tenter de gagner 1000€ et des sachets de bonbons Têtes Brûlées. La marque a même développé des burgers hyper acides gélifiés dans le cadre du jeu.

Un dispositif fun et efficace, adapté à la cible de la marque et à l’audience de l’émission Cauet : les vidéos des défis diffusées sur YouTube sur la chaîne de Cauet ont rapidement généré plus de 140K vues chacune (189K à date pour celle de Julie).

Vidéo teasing de la semaine de défis :

Règlement du jeu Têtes Brûlées – NRJ.

 

La proximité c’est l’ADN de la radio. La publicité locale en fait partie.

Proximité Radio

Les grandes marques ont tout intérêt à annoncer sur des radios locales. Voilà ce que montrent les résultats de la dernière étude menée par First Radio Sales, régie publicitaire de 118 stations locales au Royaume-Uni.

Le projet Local Gets Vocal a pour but de souligner l’importance de la radio locale pour les auditeurs et l’impact du média pour les annonceurs en terme d’attachement à la marque et dans le processus de décision d’achat. Cette étude, réalisée par d.fferento/ogy, vient compléter une précédente recherche effectuée par First Radio Sales en 2007.  Lire la suite

Comment booster votre prospection commerciale grâce au « Dayketing »

Calendrier Mediatic 1S2014 150px

Nouvelle tendance, principes de base

Tendance marketing au goût du jour, de nombreuses marques ont adopté le dayketing, stratégie consistant à organiser leur communication et à mobiliser leur communauté de façon ponctuelle autour d’événements mondiaux, nationaux ou même locaux. Si le terme a été utilisé pour la première fois en 2006, la stratégie n’est pas particulièrement novatrice. Le principe est simple : rebondir sur l’actualité, les journées mondiales pour affirmer ses valeurs, développer la relation avec sa communauté, interpeller de nouveaux prospects. Le phénomène prend de l’ampleur avec la multiplication des journées officielles qui représentent de nombreuses occasions de générer du contenu, de justifier une prise de parole sur un thème.

Journée mondiale de l’eau, de la femme, de la radio, sans tabac, etc. plus de 120 journées internationales ou mondiales sont recensées par l’ONU et plus de 350 par le site Journée Mondiale. Un des derniers exemples en date de communication dayketing réussie est le buzz de la marque Durex à l’occasion de l’Earth Hour.

Booster votre prospection commerciale

Le Calendrier Commercial Mediatic a été conçu dans l’optique de souligner les temps forts de l’année et de booster la prospection commerciale radio. Consultez-le, faites le plein d’idées et invitez vos clients à communiquer autour de thèmes en cohérence avec leur activité à des dates clés. Proposez-leur des stratégies annuelles basées sur le principe du dayketing et multipliez ainsi les opportunités de conclure des contrats à long terme.

Membres Radiopub, cliquez ici pour télécharger le Calendrier Commercial Mediatic 2014. Vous souhaitez devenir membres de Radiopub ? Cliquez ici.

 

 

Les limites de la publicité sur les radios du service public français

logo_radiofrance1

Le 22 mai dernier, lors de l’émission de Patrick Cohen*, Mathieu Gallet était confronté par un auditeur à la question du nombre de publicités sur France Inter. Le nouveau PDG de Radio France, (depuis le 12 mai 2014) trouve la remarque injuste, déclarant que les pubs diffusées sur France Inter sont beaucoup moins nombreuses que sur les stations privées. « On n’a pas de publicité pour la promotion sur les côtelettes d’agneau sur France Inter » a-t-il affirmé avant que Patrick Cohen ne mentionne les critiques récurrentes des auditeurs au sujet des campagnes MatMut. Les auditeurs sont agacés et la concurrence se sent flouée. Car la diffusion de publicité sur le service public est strictement encadrée par la loi.

Pour mémoire, le groupe Radio France, détenu à 100 % par l’État français, tire la majeure partie de son financement (environ 90%) d’une taxe ; la redevance audiovisuelle. Les 10% restant sont financés par la pub. Les recettes publicitaires de France Inter représentent 42 millions d’euros. Avec plus de 5 millions d’auditeurs dont beaucoup de CSP+, un nombre d’écrans pub restreint et valorisés, le support est très attractif pour les annonceurs.

Au delà du mécontentement des auditeurs, ces abus suscitent régulièrement l’agacement des radios privées qui se retrouvent concurrencées sur leur terrain par les radios du service publique. France Bleu en particulier.

Pourtant, le CSA délimite clairement le périmètre de manœuvre des radios publiques en matière de messages publicitaires : seuls les messages de publicité collective et d’intérêt général sont autorisés.

« La publicité collective et d’intérêt général comprend la publicité effectuée en application de la loi du 24 mai 1951 pour certains produits ou services présentés sous leur appellation générique, la publicité en faveur de certaines causes d’intérêt général (lutte contre le tabagisme, action sanitaire…) dont les campagnes peuvent être diffusées en dehors des écrans publicitaires, la publicité effectuée par des organismes publics ou parapublics, ainsi que les campagnes d’information des administrations présentées sous forme de messages de type publicitaire, telles qu’elles sont définies par circulaires du Premier ministre (article 33 du cahier des missions et de charges de Radio France). »

En revanche, selon  le site arretsurimage.netla grille tarifaire de la régie publicitaire propose davantage d’organismes susceptibles d’être diffusés à l’antenne.

« On peut ainsi lire que les coopératives et les mutuelles sont autorisées. Le Crédit Agricole serait donc légitime. Leclerc et Super U également, qui sont juridiquement des coopératives de commerçants. Les entreprises publiques et parapubliques peuvent également acheter de l’espace publicitaire. Parapubliques ? Oui Vinci, GDF-Suez, dont l’Etat est au capital, pourraient diffuser leurs messages promotionnels sur les antennes de Radio France. Le groupe semble donc avoir choisi de comprendre la notion « d’intérêt général » dans son acception la plus large, ouvrant son antenne à des coopératives qui n’ont pourtant plus grand chose de l’esprit mutualiste ». (source www.arretsurimages.net)

Sur le blog de Médiapart, Patrick Le Cellier relevait ces cas de pubs « illicites » ou, tout du moins, à la limite de la légalité. Il dénonce les zones floues, les détournements et interprétations, notamment de la liste des organismes autorisés.

—————————————————————————————————————————

La liste des organismes publics ou parapublics, collectifs et d’intérêt général :

  • Collectives de produits et de services
  • Coopératives
  • Mutuelles
  • Foires ou salons
  • Associations professionnelles
  • Administrations de l’Etat
  • Collectivités territoriales
  • Chambres de Commerce et d’Industrie
  • Chambres de métiers
  • Chambres d’agriculture
  • Comités ou offices du Tourisme
  • Entreprises publiques
  • Entreprises parapubliques
  • Causes d’intérêt général

————————————————————————————————————————— 

Pour rappel : Le régime particulier des radios du service public

Interdiction des publicités de marques

La société Radio France et la société RFI sont autorisées à programmer et à faire diffuser uniquement des messages de publicité collective et d’intérêt général.

La publicité collective et d’intérêt général comprend la publicité effectuée en application de la loi du 24 mai 1951 pour certains produits ou services présentés sous leur appellation générique, la publicité en faveur de certaines causes d’intérêt général (lutte contre le tabagisme, action sanitaire…) dont les campagnes peuvent être diffusées en dehors des écrans publicitaires, la publicité effectuée par des organismes publics ou parapublics, ainsi que les campagnes d’information des administrations présentées sous forme de messages de type publicitaire, telles qu’elles sont définies par circulaires du Premier ministre (article 33 du cahier des missions et de charges de Radio France).

Toute publicité collective qui présente directement ou indirectement le caractère de publicité de marques déguisée est interdite (article 34 du cahier des missions et des charges de radio France).

Les secteurs interdits

Le cahier des missions et des charges de Radio France interdit tout message publicitaire concernant les produits faisant l’objet d’une interdiction législative ainsi que les messages pour les produits et secteurs économiques suivants :

  • boissons alcoolisées comprenant plus d’un degré d’alcool 
  • distribution.

RFI a l’interdiction de diffuser des messages concernant, d’une part, les produits faisant l’objet d’une interdiction législative, d’autre part, les boissons comprenant plus de 1,2 degré d’alcool.

(Source csa.fr)

Offensive marketing de Radio France en perspective

Dans une interview donnée au journal Le Monde, Mathieu Gallet explique l’importance qu’il veut donner à la communication et au marketing : « Nous allons mettre en place un comité exécutif qui réunira un nombre restreint de personnes, dont Catherine Sueur, la directrice générale déléguée, mais aussi la directrice de la communication, Monique Denoix, car je veux intégrer cette dimension au plus haut niveau, et un directeur délégué pour le marketing stratégique et le développement, chargé de développer l’identité de nos marques et nos ressources propres. »

Cette offensive marketing du service public laisse présager de nouvelles frictions dans les radios, au service promo et chez les régies publicitaires !

Michel Colin

—————————————————————————————————————————

* Quelques jours après la publication de cet article, le SIRTI saisissait le CSA pour ouvrir une procédure de sanction à l’encontre de Radio France pour manquement aux règles interdisant la publicité commerciale et de marque. A l’origine de cette saisine, une campagne pour la compagnie aérienne LUXAIR comportant des indications tarifaires précises et incitant à l’achat de biens et services et diffusée par France Bleu Lorraine. D’après le syndicat, cette campagne n’est que l’exemple le plus marquant des écarts répétés de France Bleu pénalisant les radios indépendantes (dérives constatées sur des partenariats ou jeux-concours proposant des lots à valeur tarifée, interprétation large des termes « publicité collective et d’intérêt général, etc.).

—————————————————————————————————————————

*La vidéo de l’interview de Mathieu Gallet sur le site www.snj-rf.com

 

 

 

La pub radio serait plus efficace sur les stations locales

FRS-LOGOLes grandes marques ont tout intérêt à annoncer sur des radios locales. Voilà ce que montrent les résultats de la dernière étude menée par First Radio Sales, régie publicitaire de 118 stations locales au Royaume-Uni.

Le projet Local Gets Vocal a pour but de souligner l’importance de la radio locale pour les auditeurs et l’impact du média pour les annonceurs en terme d’attachement à la marque et dans le processus de décision d’achat. Cette étude, réalisée par d.fferento/ogy, vient compléter une précédente recherche effectuée par First Radio Sales en 2007. 

Après analyse des réponses des 800 auditeurs de radios commerciales de tout le Royaume-Uni, il en ressort que :

– 80% des auditeurs des radios commerciales adorent leur lieu de vie 

– 78% des auditeurs des radios locales First Radio affirment que leur station comprend les gens vivant dans la région

– 62% des auditeurs des radios locales First Radio se disent plus favorables à considérer une entreprise annonçant sur ‘leur’ station

L’étude montre que les consommateurs écoutant les radios locales First Radio développent plus facilement une affinité avec les marques qui annoncent à l’antenne que les auditeurs des autres radios commerciales. 52% des répondants disent avoir été dans un magasin après en avoir entendu la publicité sur une radio locale (vs 29% des auditeurs des autres radios).

A l’heure où la tendance locale ne cesse de se renforcer, l’intérêt pour les grandes marques d’utiliser les médias locaux pour attirer les consommateurs – et notamment la radio – est une évidence.

Cliquez ici pour accéder au compte-rendu de l’étude.

Les français et la pub : le bilan des 10 dernières années

publicite et societe 2013

Pour la 10ème année consécutive, Australie et TNS Sofres publient leur baromètre Publicité & Société et soulignent les attentes des consommateurs vis à vis des marques et de la publicité en France. Ces 10 années d’études font état d’un désenchantement progressif des français : baisse du pouvoir d’achat, dégradation de la relation avec les marques, chute de l’envie et du plaisir de faire les courses.

En 10 ans, l’état d’esprit des consommateurs s’est complètement inversé : en 2004, 65% d’entre eux étaient plutôt optimistes quant à l’évolution de leur niveau de vie dans les prochains mois ; aujourd’hui, 65% sont plutôt pessimistes quant à leur situation future. Le modèle de publicité classique pâtit de cette morosité ambiante et s’essouffle : les français ont l’impression d’être manipulés et sont déçus du peu de considération qui leur est accordé. La publiphobie a gagné 8 points en 10 ans (33% des français publiphobes en 2013) et 85% des répondants déclarent qu’il y a trop de publicité.

 Publicité et Société

Malgré cet état des faits préoccupant (publicité envahissante, lassante, banale), 71% des français considèrent la publicité comme utile et/ou agréable. A l’image des années précédentes, l’étude tire la sonnette d’alarme et invite les publicitaires et annonceurs à réviser leur discours. Les français attendent toujours plus de créativité, de divertissement, de fun et de surprise de la part des publicités. Ils ont besoin de se sentir concernés par le message, que la marque s’adresse à eux avec respect et considération.

Publicité & Société

 

 

Rachel Karmazyn

Les résultats du 1er Baromètre des annonceurs de la #Radio 2.0 en France, par Kantar Media

 

Après la présentation des chiffres d’audience Radio 2.0 par Médiamétrie lors des 3e Rencontres Radio 2.0 à Paris mardi dernier, Kantar Media a dévoilé le Baromètre des annonceurs présents sur la radio 2.0 de janvier à septembre 2013.

Les chiffres clés du 1er Baromètre Kantar Media des annonceurs de la Radio 2.0 sont établis sur la base de déclaratifs de 5 acteurs majeurs (Spotify, Adionomy, Adwave, NRJ et Deezer) en volume d’impressions.

 

1er Baromètre Kantar Radio 2.0

 

Principaux indicateurs :

  • Le nombre d’annonceurs progresse dans tous les secteurs d’activités. 85 annonceurs et 357 campagnes Radio 2.0 de janvier à septembre 2013.
  • La rentrée marque une très forte progression des investissements en septembre 2013 (juste après un mois d’août nul).
  • La distribution et l’automobile sont les secteurs qui investissent le plus (Citroen et Leclerc en tête).
  • Radio 2.0 et réseaux sociaux fonctionnent très bien ensemble.
  • 2013 marque nettement l’entrée de la radio digitale dans les stratégies médias des annonceurs

 

Tous les acteurs s’accordent pour dire qu’enfin, le business de la radio digitale est en route. Rendez-vous en 2014 pour mesurer l’ampleur de la progression.

Le spot radio de Mercedes-Benz exploite l’effet stéréo pour s’adresser d’un côté au conducteur et de l’autre au passager

Splitview de Mercedes-Benz est un écran qui permet au conducteur de suivre le GPS pendant que le passager regarde un film.

Pour promouvoir cette technologie exclusive, l’agence CLM/BBDO a créé le 1er message radio qui délivre une information différente au conducteur à gauche et au passager, à droite. La société de productions sonores Aurevoircharlie  a produit et réalisé ce message qui utilise simplement la stéréo pour délivrer un message sur chaque canal sans trop nuire à l’écoute globale. Afin de ne s’adresser qu’aux automobilistes, l’agence a ciblé les stations d’autoroute lors d’un weekend de départ en vacances. Le message est diffusé depuis le 6 novembre sur l’antenne d’Autoroute FM et jusqu’à la fin de cette semaine de vacances scolaires.

 [Constructeurs] Mercedes Splitview