La grande forme du média radio ne doit pas masquer les menaces du web

 

Mediametrie 11.2014

A l’heure de la publication des sondages nationaux il est d’usage dans la profession de compter les gagnants, les perdants et de mesurer l’évolution du media.  A chacun sa lecture des résultats. Le journal Le Monde a eu l’audace de titrer un article sur le sujet « L’audience radio continue sa lente érosion« . La solidité de notre média n’a pas de commune mesure avec la chute vertigineuse du lectorat de la presse écrite !

Concentrons-nous donc sur la réalité : la radio est aujourd’hui le média qui résiste le mieux au développement d’internet. Lire la suite

La Gamification, un Serious Games pour les Radios Innovantes

Amy Jo Kim – Shuffle Brain

La chercheuse américaine Amy Jo Kim (Shuffle Brain) avait théorisé le concept de gamification, en 2009 déjà…

La Gamification*  est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu. (Wikipedia)

* ludification en  français mais ce n’est pas très glamour, n’est pas ?

 Pour Amy Jo Kim, la ludification se résume à cinq caractéristiques :

  • la collecte simple
  • gagner, marquer des points
  • interactions, retours, feedback
  • échanger entre joueurs
  • personnaliser le service

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations (Wikipedia). 

Nous sommes dans l’univers du Social Gaming, proche du Neuromarketing… et aussi des Techniques de Manipulation.

Serious Game Expo à Lyon

Innover, améliorer la performance… L’étude des mécaniques de jeu ; de sérieuses applications pour les radios.

 La gamification permet d’innover.

  • A l’antenne, la gamification est dans l’organisation des programmes, dans les interactions avec les auditeurs, l’engagement, les mécaniques de jeux, de teasing, de fidélisation, de promotion, l’habillage, la création sonore…

  • En marketing, la ludification (en français dans le texte) peut orienter la collecte de bases de données auditeurs, profilés. Elle influence aussi  l’accessibilité et la compréhension des programmes par les auditeurs, le branding de la station, le community manager, la consommation du média (DEA, lieu d’écoute, canal…).
  • Agences médias, créatifs et commerciaux  pourront élaborer des stratégies de communication avec un R.O.I. mesurable (retours, stats, leads…). L’interaction, la viralité, la réativité, la personnalisation des campagnes vont attirer les annonceurs. Autant sur la marché local que national. Autant pour la radio que pour des opérations cross media.

La gamification, appliquée à la vente.

En gamification, le cycle du joueur, passe par 3 étapes clés. Voici ces trois statuts, interprétés sous l’angle de la vente  :

  1. La découverte : L’objectif n’est plus d’interroger le client mais de lui donner une vision sympathique de la radio, l’envie de venir ou d’y revenir, un gain immédiat, une satisfaction, un bon conseil, une idée constructive, une garantie.
  2. L’apprentissage : Le client apprend à utiliser le média au fil du temps. Mieux on connait un outil plus on l’utilise. La confiance s’installe.
  3. La masterisation : Satisfait de son expérience, fidélisé, le client partage ses connaissances, recommande la radio. Un annonceur qui connait parfaitement la radio pourra aussi faire preuve de créativité et inventer des fonctionnalités (elgamifictor.com).

Le consommateur doit être toujours plus attentif. Il y a des lois pour le protéger et une éthique à respecter. Attention ! Derrière le plaisir du Serious Gamer il y a toujours une manipulation de l’esprit.
 

Michel Colin – Radiopub.fr 09/2012

 

Sources :

 

Vous trouverez les règles juridiques de la promotion des ventes et de nombreuses informations sur le site de Philippe Ingold : Cles-promo

 

Lignes directrices de la DGCCRF sur les mentions obligatoires dans la publicité radio

La DGCCRF rend publiques les lignes directrices sur les mentions obligatoires destinées à l’information du consommateur dans les messages publicitaires diffusés à la radio.

Ces lignes directrices sont le fruit d’une réflexion menée à la demande du Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Industrie dans le cadre d’un groupe de travail réunissant des associations de consommateurs, des professionnels du secteur et la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

Elles proposent une méthode d’évaluation visant à assurer une information loyale du consommateur en tenant compte des spécificités du média radio.

Les principales directives

  • La DGCCRF préconise de ne faire figurer au message que les mentions indispensables, et pour les autres, de renvoyer à un ou des supports d’information, tout en signalant leur existence dans le message radio (en utilisant par exemple la mention « offre soumise à d’autres conditions »).
  • Dans tous les cas, le message ne doit par recourir à la technique du stretch.
  • Les principaux autres supports de renvoi peuvent être une ligne téléphonique ou un site internet, à condition que les dites mentions figurent alors sur la page d’accueil du site.
  • La DGCCRF estime que la durée raisonnable pour les mentions informatives ou rectificatives ne doit pas excèder 8 secondes. Ce n’est qu’au-delà que l’on peut renvoyer vers un autre support. Ce renvoi ne peut donc être envisagé que par défaut.
  • La DGCCRF demande également à ce que les mentions trop vagues (ex. « offre soumise à conditions ») soient évitées.
  • S’il sagit d’un prix soumis à conditions,  une information minimale sur ces conditions doit être fournie dans le message radio.
  • Par contre, l’existence d’une période d’engagement minimum doit faire l’objet d’une information complète dans le message

Téléchargez les directives de la DGCCRF (pdf)
Source : Droit de la com – Le blog de Henri Rivollier
Le site de la DGCCRF

 

 

Les règles juridiques de la publicité

Si vous recherchez des informations sur la réglementation en vigueur en terme de publicité rendez-vous sur le site de l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP).

L’onglet Règles vous dirige vers le Droit et la Déontologie :

  • les principaux textes de lois, textes d’interprétations et veille juridique.
  • Les règles en vigueur, les principes clés, l’élaboration des recommandations

Pour des infos sur les règles juridiques de la promotion des ventes, allez sur le site des Clés Promo.

Le Guide juridique de Publicité Romande présente :

  • Principes généraux du droit suisse, bases applicables aux contrats et principaux contrats du domaine publicitaire
  • Droit publicitaire
  • Modèles des principaux contrats fréquents dans le domaine de la publicité, règles d’autocontrôle de la branche Publicitaire

Les mentions légales seront bientôt assouplies à la radio

http://www.youtube.com/watch?v=jTI4n50v2uM

Source : les Echos (31.12.10)

Après plus d’un an de négociations, les radios ont obtenu gain de cause : les mentions légales, messages d’avertissement diffusés à la fin de certaines publicités, vont être considérablement assouplies. Après avoir mené plusieurs mois de concertations entre les radios, les représentants des annonceurs et les associations de consommateurs, la Direction générale de la concurrence (DGCCRF), qui dépend de Bercy, s’apprête à faire une recommandation dans ce sens. Selon l’accord trouvé, la durée de ces mentions légales sera ramenée à quelques secondes par spot publicitaire, pas plus de dix. Surtout, les annonceurs auront la possibilité de renvoyer l’auditeur vers leur site Internet, ce que les radios réclamaient depuis longtemps.

Selon les radios, en assouplissant sa réglementation, la France ne fait que se mettre en conformité avec une directive européenne de 2005 relative aux pratiques commerciales déloyales des annonceurs. Cette directive stipule en effet qu’il est possible de moduler les mentions légales « lorsque le moyen de communication utilisé […] impose des limites d’espace ou de temps », ce qui est le cas pour un spot de radio. Le problème, c’est que la transposition de cette directive en droit français n’avait pas été aussi explicite.

Lien vers l’article complet de Gregoire Poussielgue

Soignez votre image lors de la présentation de vos résultats d’audiences

Capture d’écran 2010-07-30 à 11.16.09

Les résultats d’audiences sont tombés et, que vous progressiez ou non, il faut communiquer. N’oubliez pas les règles de bases comme l’indication de la source du sondage, dates, période, échantillon, zone concernée et soyez clairs sur l’info que vous publiez. Vos annonceurs ne sont pas tous des experts en PDA ! Et bien sûr, pas de tricherie, cela ne vous causerait que des ennuis.

Mieux vaut communiquer un message simple que de promouvoir toutes vos performances détaillées. Cherchez à obtenir un résultat précis dans l’esprit de vos annonceurs : votre radio est un support de communication incontournable !

Soignez la présentation de vos résultats. Il en va de l’image de votre radio, de votre régie. Investissez  quelques euros dans une mise en page pro plutôt que de bricoler un graphique has been. Utilisez de belles images à la place d’un long texte que personne ne lira, à l’exception de vos concurrents !

Si vous avez une base de données digne de ce nom, utilisez les outils modernes. Tout le monde envoie son communiqué à Radio Actu et  au Fil Radio, mais 100% Radio a envoyé un SMS, Sweet FM utilise Facebook, Top Music l’email… Pensez aussi que certains de vos clients sont déjà en vacances alors n’oubliez pas une version papier qu’ils trouveront sur leur bureau en rentrant. N’oubliez pas de publier l’info sur votre site internet et de faire une promo antenne.

Un bon exemple : le communiqué de Media Storming, la régie de Top Music Sélestat Audience Sélestat & Alsace – web 7-10

Appels surtaxés : rappel à l’ordre du CSA

jeu sms

Dans un article sur RadioActu, Thibault Leroy nous informe que le CSA est intervenu auprès des principaux groupes de radio pour leur rappeler que la mention du coût de la communication est obligatoire pour les numéros d’appels surtaxés. Cette information est rendue obligatoire par l’article 14 de l’arrêté du 3 décembre 1987 ainsi que par les stipulations de l’article 3-3 de la convention de chaque service de radio, a indiqué le CSA.

L’article précise aussi que les recettes de ces numéros courts à 4 chiffres, attribués en France par l’ARCEP, sont réparties entre l’opérateur, le prestataire de services et la station. RTL est ainsi joignable au 3210 au prix de 0.05 euro la minute, tandis que Europe 1 et RMC facturent les appels vers leurs numéros surtaxés 0.34 euro la minute, hors surcoût de l’opérateur.

Source Thibault Leroi pour RadioActu

Les mentions légales doivent subir un lifting

mentions legales libé

Pour une fois, toutes les radios sont d’accord : les mentions légales à la fin des spots publicitaires doivent subir un lifting. Les mentions légales ce sont ces précautions juridiques imposées par les lois et appuyées par les associations de consommateurs. Présentes sous la forme de notes dans la presse écrite, de sous-titres à la télé, elles se transforment, à la radio, en phrases débitées à 300 km/h à la fin des spots. Le principe ? Prévenir le consommateur et rendre l’annonceur inattaquable. Totalement inaudibles, sans intérêt ni effet, ces mentions sont une plaie pour la pub radio.

Mais, de tous les médias “La radio est la plus pénalisée, parce que c’est le seul média avec écoute directe de ces mentions” explique Guillaume Astruc (directeur général d’IP France, la régie pub de RTL, RTL 2 et Fun Radio), dans Libération du 27 avril.

Le Bureau de la radio, qui réuni les grands groupes de radios privées (RTL, Next Radio et Lagardère) demande une évolution de la législation sur ces mentions gênantes à la fois pour l’auditeur, le média et l’annonceur, selon Michel Cacouault, président du Bureau de la radio. L’idée ? Alléger les messages. “Nous préconisons de faire des alertes, avec une phrase simple, courte, efficace, du type : “Renseignez-vous, cette offre est soumise à conditions”, dit-il.

Source : Libération.fr nouvelobs:com