Perceptio Media met le neuromarketing au service de la création publicitaire

Tout est expliqué dans le sujet diffusé dans la Quotidienne sur France 5 :

Le même travail peut être réalisé pour déterminer quelle version d’un spot radio sera plus efficace.

Perceptio Media est un cabinet d’études marketing nouvelle génération qui propose aux marques de mesurer l’expérience publicitaire réellement vécue par les consommateurs et de booster ainsi leurs performances.  L’objectif est d’aider les marques à renforcer l’efficacité de leurs communications.

Nicolas Delattre, 
Directeur du Développement, Perceptio Media
: « Nous réalisons des études d’efficacité basées sur la mesure scientifique de l’émotion, l’attention et la perception visuelle d’un consommateur cible face à une communication (spot tv, print, affiche, digital). Nous avons conçu une méthodologie innovante reposant sur l’utilisation de capteurs sensoriels et les dernières applications issues des sciences cognitives. Nos mesures mais aussi nos analyses permettent de comprendre le ressenti des consommateurs tout en décryptant les mécanismes non conscients à l’origine de leurs décisions. »

Plus d’infos, contact : http://www.perceptio-media.fr

 

L’importance du son dans les phénomènes de mémorisation

Sound Value

 

L’importance du son dans la mémorisation fut l’un des deux thèmes présenté en décembre 2012 lors de la conférence Cultur’TV de l’année, organisée par le SNPTV. Voici un extrait du récit de Yves Siméon, créateur de l’agence RELOAD publié par Offremedia le 18/12/2012.

…La deuxième partie de la conférence est dédiée au son. Inutile de rappeler l’Importance du son dans la mémorisation des messages avec les phénomènes de transfert. Pour la marque, la voix est identitaire et peut donc être fortement valorisée. Les voix doivent être travaillées en fonction des objectifs stratégiques.

Les voix de FIP privilégient le confort tandis que celles d’Autoroute FM sont volontairement tournées vers l’éveil.
Nos connaissances des phénomènes de mémorisation du son sont faibles car toutes nos attentions sont sur la production des images. Olivier Covo et Alice Zoghaib, deux spécialistes du son de Sound Value, nous présentent une étude sur la perception de 12 voix réalisée sur un panel de 521 personnes.
L’objectif de l’étude est d’analyser les différentes dimensions de la voix.
La dimension physique : registre, intensité, timbre, rythme, variations, la dimension culturelle : familière, originale, complexe et les éléments contextuelles : voix off ou portée par une personne…

En synthèse voici 5 enseignements :

  1. Le silence est efficacité : Le silence permet d’attirer l’attention, comme le disait Miles Davis :  «la musique est ce qu’il y a autour du silence». La mémorisation est un équilibre entre un niveau de confort auditif et des éléments de stimulation. On retrouve le «traditionnel» débat de la publicité déjà cité.
  2. On préfère tous les voix graves : Les voix de femme grave et publicitaire sont très appréciées, bien que les hommes ont une «certaine tolérance» pour la voix de femmes aigues.
  3. Les voix incarnées sont plus facilement mémorisées : Vincent Lindon est une des préférées du panel. Les voix graves et incarnées comme celle de Pierre Arditi sont très utilisées… D’où l’existence de bulle de spéculation sonore autour de quelques voix très connues.
  4. Les jeunes et les CSP+ n’aime pas les voix trop dominantes : Ils préfèrent des voix non publicitaires. A noter que les jeunes privilégient le rythme au ton.
  5. La cohérence  entre le message et l’univers sonore crée de l’adhésion : La cohérence procure du plaisir, l’incohérence génère des phénomènes de rejet qui ont été observés par Sound Value lors d’une étude réalisée lors des présidentielles.

Pour aller plus loin :

  • De la note aux cerveaux, L’influence de la musique sur le comportement de Daniel Levitin (Amazon)
  • Paysage sonore, Le monde comme musique de Murray Schafer (Amazon)

Yves SiméonRELOAD / Source Offremedia

Neuromarketing : Sept, le nombre magique

neuromarketing

Voici des éléments scientifiques qui pourraient vous aider à expliquer à vos clients pourquoi limiter le nombre d’informations dans un message dans le but de le rendre plus efficace.

Les travaux de George A. Miller publiés dès 1956 dans un article scientifique resté célèbre, The Magical Number Seven, Plus or Minus Two[1] (Sept, le nombre magique plus ou moins deux), établit que le nombre sept correspond approximativement au nombre maximal d’éléments qu’est capable de traiter l’esprit humain.

Lire la suite

Soundcapture peut prédire la préférence d’un public pour une chanson ou un spot radio.

perceptio-media

Le marketing prédictif regroupe les techniques de traitement et de modélisation des comportements clients qui permettent d’anticiper leurs actions futures à partir du comportement présent et passé. Le marketing prédictif, déjà utilisé en marketing direct (abonnements, retargeting, e-commerce…), entre désormais dans l’univers de l’audio.

Quel que soit leur objectif, les contenus sonores doivent impérativement capter l’attention des publics cibles. La start up Perceptio Media a développé Soundcapture, un outil capable de mesurer la capacité d’un contenu sonore à capter l’attention de son audience (musique, publicité et contenus radios etc…). 

Cette solution repose sur un algorithme scientifique qui calcule un score d’efficacité résultant de multiples caractéristiques du son (voix, musique, effet sonore). Au-delà de l’attention, Soundcapture semble même être prédictif sur les critères de préférence du public. La prédictivité de Soundcapture a été mise à l’épreuve lors des dernières victoires de la musique qui ont eu lieu le 13 février dernier.

 victoire musique perceptio media

Alors que tous les pronostics donnaient Christine and The Queen gagnante dans la catégorie « chanson originale », Perceptio Media a mesuré les chansons des nominés et a prédit la victoire de Calogero avec son titre « Un jour au mauvais endroit » avant même que ne soit révélé le lauréat préféré du public lors de la cérémonie. 

Ce nouvel outil de Perceptio Media affiche 100% de prédictivité sur les 4 dernières années de Victoires de la musique. Les lauréats des Grammy Awards 2014 et 2015 avait également été prédits par Perceptio Media.

Au-delà de la seule prédiction, Soundcapture permet de décortiquer et optimiser l’impact du son à chaque milliseconde. 

Quelques mots sur Perceptio media :

Startup spécialisée dans l’impact des contenus marketing sur l’humain. Son ADN est scientifique et basé sur les sciences cognitives et la psycho physique. Perceptio Media dispose de plusieurs solutions aussi bien sur l’image que le son. Classée par IBM dans le TOP 10 des startups les plus innovantes en 2014, Perceptio Media apporte son expertise à des grandes marques comme Nestlé, Yves Rocher, Disneyland Paris…

http://www.perceptio-media.fr

 

Sound Value étudie l’efficacité sonore

 

Sound Value est le premier institut qui travaille sur l’efficacité sonore sur des critères validés par la recherche et formalisés par un doctorat. 5 ans de recherche pour développer des critères qui n’existaient pas en matière de cohérence et d’évocations associées. 1 an de travail assidu afin de développer à travers un baromètre trimestriel une base de connaissance sur les pratiques des marques sur le terrain.

Un modèle développé par Olivier Covo et  Alice Zoghaib qui va changer les pratiques du marketing sonore, de l’identité sonore et du design musical. Sound Value va permettre aux marques ainsi qu’à tous les opérateurs (agences, producteurs) d’intégrer l’efficacité au coeur de la création sonore sur des critères objectifs, avérés et scientifiques. Pour en savoir plus sur la nature du travail de Sound Value, vous pouvez lire ce papier sur marketing magazine ou écouter cette émission radio sur  BFM : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 (à partir de 14min) . 

 

Plus d’infos : www.le-lobe.com et www.brandysound.com

 

 

 

La Gamification, un Serious Games pour les Radios Innovantes

Amy Jo Kim – Shuffle Brain

La chercheuse américaine Amy Jo Kim (Shuffle Brain) avait théorisé le concept de gamification, en 2009 déjà…

La Gamification*  est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu. (Wikipedia)

* ludification en  français mais ce n’est pas très glamour, n’est pas ?

 Pour Amy Jo Kim, la ludification se résume à cinq caractéristiques :

  • la collecte simple
  • gagner, marquer des points
  • interactions, retours, feedback
  • échanger entre joueurs
  • personnaliser le service

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations (Wikipedia). 

Nous sommes dans l’univers du Social Gaming, proche du Neuromarketing… et aussi des Techniques de Manipulation.

Serious Game Expo à Lyon

Innover, améliorer la performance… L’étude des mécaniques de jeu ; de sérieuses applications pour les radios.

 La gamification permet d’innover.

  • A l’antenne, la gamification est dans l’organisation des programmes, dans les interactions avec les auditeurs, l’engagement, les mécaniques de jeux, de teasing, de fidélisation, de promotion, l’habillage, la création sonore…

  • En marketing, la ludification (en français dans le texte) peut orienter la collecte de bases de données auditeurs, profilés. Elle influence aussi  l’accessibilité et la compréhension des programmes par les auditeurs, le branding de la station, le community manager, la consommation du média (DEA, lieu d’écoute, canal…).
  • Agences médias, créatifs et commerciaux  pourront élaborer des stratégies de communication avec un R.O.I. mesurable (retours, stats, leads…). L’interaction, la viralité, la réativité, la personnalisation des campagnes vont attirer les annonceurs. Autant sur la marché local que national. Autant pour la radio que pour des opérations cross media.

La gamification, appliquée à la vente.

En gamification, le cycle du joueur, passe par 3 étapes clés. Voici ces trois statuts, interprétés sous l’angle de la vente  :

  1. La découverte : L’objectif n’est plus d’interroger le client mais de lui donner une vision sympathique de la radio, l’envie de venir ou d’y revenir, un gain immédiat, une satisfaction, un bon conseil, une idée constructive, une garantie.
  2. L’apprentissage : Le client apprend à utiliser le média au fil du temps. Mieux on connait un outil plus on l’utilise. La confiance s’installe.
  3. La masterisation : Satisfait de son expérience, fidélisé, le client partage ses connaissances, recommande la radio. Un annonceur qui connait parfaitement la radio pourra aussi faire preuve de créativité et inventer des fonctionnalités (elgamifictor.com).

Le consommateur doit être toujours plus attentif. Il y a des lois pour le protéger et une éthique à respecter. Attention ! Derrière le plaisir du Serious Gamer il y a toujours une manipulation de l’esprit.
 

Michel Colin – Radiopub.fr 09/2012

 

Sources :

 

Vous trouverez les règles juridiques de la promotion des ventes et de nombreuses informations sur le site de Philippe Ingold : Cles-promo

 

Neuromarketing : les secrets de la manipulation dans la pub


Grâce plusieurs expériences étonnantes, l’émission « Specimen »  de la Télévision Suisse Romande démontre comment, par des simples techniques de manipulation, il est possible modifier le comportement de quelqu’un. Comment une étiquette de vin agit directement sur ses papilles gustatives. Comment on peut implanter des faux souvenirs dans sa mémoire. Et comment on parvient à changer ses décisions en envoyant des impulsions magnétiques dans son cerveau.

Pour vendre un produit il est quasiment inutile d’avancer des éléments rationnels mais il faut plutôt toucher nos émotions.

Visionnez l’émission complète sur le site de la TSR

L’émission fait notamment référence à deux ouvrages mentionnés lors des formations commerciales radio de Mediatic Conseils et que vous retrouvez dans la page Docs Utiles de ce blog : Buy-ology le bouquin du guru du neuromarketing  Martin Lindstrom et 100 petites expériences en psychologie du consommateur de Nicolas Guéguen.

D’autres articles sur le Neuromarketing dans ce blog.

Hommes et femmes ne réagissent pas aux messages publicitaires de la même manière

 

Voici quelques éléments intéressants à intégrer lors de la conception de vos messages radio !

  • Selon des données révélées par une étude Data Gem de ComScore aux Etats-Unis, les femmes et les hommes réagissent différemment au contenu publicitaire.
  • Alors que les niveaux de mémorisation des publicités sont similaires d’un genre à un autre, les hommes sont globalement moins réceptifs aux messages eux-mêmes.
  • Le plus grand écart concerne les mécaniques «problème/solution» auxquelles les femmes sont apparemment 7 fois plus réceptives que les hommes !
  • L’étude souligne également la plus grande sensibilité des femmes aux publicités contenant des informations sur le produit ou des démonstrations produits.
  • Elles réagissent mieux également quand les citations de la marque dans le spot sont supérieures à 4.
  • En revanche, les hommes sont 3 fois plus sensibles à des messages publicitaires mettant en avant la supériorité du produit.

Source : OffremediaComscore