Les annonceurs digitalisent leurs commerciaux plus vite que les radios

Fnac.com

Le digital est partout, jusque dans les points de vente. Dans les restaurants, depuis longtemps déjà les serveurs prennent la commande sur un smartphone directement relié en cuisine. Dans de nombreux secteurs les commerciaux ont adopté les outils de vente digitaux. Mais combien d’équipes commerciales radio utilisent une application commerciale connectée chez le client ?

(Source capital.fr ) Si l’e-commerce capte aujourd’hui 21% des ventes de biens high-tech (source: GfK), les Fnac, Boulanger ou encore Darty continuent d’attirer des millions de Français dans leurs allées. Grâce à des vendeurs plutôt souriants et compétents. Mais aussi parce qu’ils ont su marier le meilleur des deux mondes. Ce qu’ils appellent dans leur langage le «cross canal». Lire la suite

Un exemple de stratégie cross média « spécial soldes » pour vos annonceurs e-commerces 

pic-achats-soldes-hiver

Fin décembre : e-mailling à la base clients.

Début Janvier : Faites « monter la pression ».  A quelques jours du lancement des soldes, commencez par une campagne de teasing en donnant envie aux internautes d’être présents dès le premier jour sur le site e-commerce de votre client. Soutenez le mailing du client par une présence radio distinctive (identité sonore,message court, émergent). Lire la suite

Il est temps de commercialiser votre trafic mobile, les annonceurs en raffolent !

Smart Adserver

 

D’un côté la consommation smartphone monte en flèche et de l’autre l’intérêt des annonceurs pour ce mode de communication innovant à le vent en poupe. Le transfert des budgets du display vers la publicité mobile assurera à ce support un haut niveau de croissance en 2014.

Ne soyez pas frileux à l’idée de placer de la publicité à l’ouverture de vos applications mobiles !

Etudiez les formats les plus utilisés présentés dans l’étude Smart AdServer, mettez votre Kit Média à jour et formez vos commerciaux à la vente d’espaces digitaux ! A chaque fois qu’un internaute ouvre une page de votre site, que ce soit depuis son ordinateur, sa tablette ou son mobile, des impressions publicitaires précieuses s’affichent et représentent un chiffre d’affaires significatif, que vous n’exploitez peut être pas encore ?

Si vous souhaitez développer les revenus digitaux de votre média (radio, print, web), voici 3 axes prioritaires :

  • Mettre au point votre offre publicitaire digitale  (tarifs web & mobile,  formats audio et display, media kits…). 
  • Former votre équipe à la commercialisation digitale  (vente de pré roll, display, CPM, brand content, Adservers, RTB…) 
  • Accompagner vos managers et équipes vers les changements  (nouvelles stratégies, évolutions digitales, team building…). 

L’équipe d’experts Mediatic Conseils est à votre disposition pour répondre à vos attentes et vous présenter des solutions personnalisées. Contact.

 

Le média radio est le meilleur support pour les nouveaux axes de communication de la grande distribution

La nouvelle étude Kantar Media AdSight analyse les nouveaux axes de communication de la grande distribution. Entre guerre des prix et réenchantement de l’expérience en magasin, les distributeurs multiplient les initiatives. 

Cette étude nous donne de nombreuses pistes pour approcher les annonceurs de la grande distribution avec des propositions pertinentes. Voici les grandes lignes de l’étude et 7 arguments pour convaincre un distributeur d’utiliser l’efficacité du média radio dans ce contexte.

 

Une nouvelle logique de preuve et de démonstration sur le prix

Les distributeurs se trouvent mis au défi de toutes parts : par des consommateurs plus pragmatiques, dont le budget est plus serré, et par les enseignes qui intensifient leur discours « prix » et multiplient les publicités comparatives. Les grandes enseignes tentent donc plus que jamais de se distinguer, d’émerger en prouvant aux consommateurs un engagement toujours plus fort sur les prix bas. Les premiers mois de 2013 sont marqués par de nouveaux « affrontements » des enseignes à coups de nouvelles publicités comparatives et de nouveaux arguments marketing différenciant.

La nécessité de recréer du trafic sur les points de vente : naissance de l’ Enseigne attentive

Les magasins Whole Food ré-enchantent l'expérience shopping

Les magasins Whole Food ré-enchantent l’expérience shopping

Pour émerger dans cette surenchère de promesses, les enseignes sont sans cesse contraintes d’aller plus loin. C’est le cas de Géant Casino, qui dans ses spots radio percutants, garantit des prix bas sur 3 000 références et s’engage à rembourser 10 fois la différence si le client trouve moins cher ailleurs. Face à l’essor du drive et à l’heure où faire ses courses est de plus en plus synonyme de corvée, les enseignes sont amenées à repenser leur stratégie pour séduire les consommateurs et remotiver les déplacements en magasin. La nouvelle logique d’«Enseigne Attentive» passe par une dimension relationnelle renforcée (multiplication des spots mettant les salariés au premier plan), et ambitionne de créer une forme de réenchantement de l’expérience en magasin. On constate également une communication renforcée sur le frais et les rayons à la coupe, nouvel argument différenciant des enseignes pour séduire les consommateurs avec des étalages plus attractifs.

Le cas le plus emblématique de cette tendance est Auchan, qui dès novembre 2012, décline plusieurs spots en télévision sur ses rayons à la coupe, puis lance début 2013 un partenariat avec l’émission de M6 « Top Chef » . Auchan joue sur les codes du marché et, tout en valorisant ses produits frais, oriente son discours sur la proximité, voire même la connivence, des employés – boucher, maraîcher, poissonnier – avec les consommateurs et les candidats de Top Chef.

Céline Gardeur, responsable AdSight, précise : « Face à une avalanche de mentions « prix bas », les consommateurs sont perdus et ne savent plus à quelle enseigne se fier. Cet argument seul ne permet plus d’émerger. Dans ce contexte, le frais peut alors constituer un point d’ancrage fort pour se différencier, à travers une réflexion autour d’installations inspirantes, passant notamment par une mise en scène attractive et une sublimation des étalages, à l’image de Whole Foods Market ou encore The Fresh Market aux Etats-Unis, ou de concepts émergents tels que Grand Frais ou La Marnière en France ».

 (pour mémoire, revoir l’article d’avril 2009 sur ce blog)

Auchan

7 arguments pour convaincre un distributeur d’utiliser l’efficacité du média radio :

  1. La radio est le meilleur média pour générer du trafic rapide et récurrent sur les points de vente.
  2. La radio est, hors Internet, le média le plus efficace pour booster les visites sur un site web, donc indispensable pour promouvoir les Drives.
  3. La radio permet de mettre en valeur l’expérience magasin à travers des spots témoignages, ou publi-reportages, mettant en scène des salariés ou des clients dans les rayons frais par exemple.
  4. La radio peut mettre en place une opération globale qui va de la publicité sur le média jusqu’à l’animation sur le point de vente, en direct ou faux direct, dans le rayon à mettre en scène.
  5. La radio permet de construire une action promo autour des réseaux sociaux et de générer rapidement des contacts qualifiés pour alimenter la base de données des distributeurs.
  6. La radio, média de proximité, est en parfaite adéquation avec la stratégie des distributeurs qui cherchent à valoriser les produits locaux à destination d’une clientèle locale.
  7. La radio permet de produire des messages créatifs puissants, qui vont atteindre les consommateurs chez eux, au travail ou en voiture, quelques minutes avant les intentions et actes d’achat en magasin ou sur Internet.

 

Plus d’infos sur l’étude Kantar Média Adsight : http://www.vecteurdimage.com/clients/Kantar/CPAdSightDistri.html

Un bel exemple d’offre cross média radio + télé + internet + mobile

 

Voici un bel exemple d’une offre cross média avec de la radio FM et digitale, de la télévision, de l’Internet et du mobile. Retrouvez les offres du groupe NRJ sur le site NRJ Global.

 

 

J’ai Shazamé la Pub SFR

Dimanche 30 septembre 2012, pour la première fois, les téléspectateurs de TF1 ont pu « shazamer » un spot TV. Une opération transmedia innovante.

 

L’histoire commence après le 20h sur TF1 par un teaser de 10 secondes pour Shazam suivi d’une pub de 60 secondes pour la nouvelle offre 4G, le réseau très haut débit mobile de SFR. Un joli coup de promo aussi pour la chanteuse française Mai Lan «La styliste bien née devenue chanteuse» (Les Inrocks). Cette expérience inédite se développe à travers une action de communication trans media, TV, mobiles et réseaux sociaux.

Shazam, l’appli qui reconnaît les chansons, identifie maintenant les pubs et permet d’ouvrir des applications vers des contenus mobiles. Ce dimanche soir, effleurer Shazam durant le spot SFR donnait accès à votre smartphone au concert de Mai Lan en direct du Studio.SFR.  Au passage, une mécanique de jeu suggère aux visiteurs un concours pour gagner un an de concerts au Studio SFR.

 

Une belle action de communication globale à laquelle il ne manquait qu’une voix : Une radio dédiée à cette opération, pas un flux mp3, non, une vraie radio, avec des voix, des personnalités. Avec un bel habillage pour accueillir les visiteurs sur le mobile,  une présence humaine pour expliquer, commenter, mettre en valeur le concert. Il ne faut pas laisser le mobinaute seul avec la technologie ! Pour ce genre d’OP, la qualité du streaming doit être au rendez-vous. SFR a plutôt soigné l’image et la réalisation de la vidéo diffusée en live sur le site du studio SFR.

L’opération SFR / Shazam a été réalisée en partenariat avec Carat, Isobar, Leg, Mbrand3 et Shazam. 

  • L’application Shazam est en régie chez MBrand3, régie publicitaire mobile, est une filiale de Mobile Network Group, première entreprise de marketing et de publicité mobile à être cotée sur le marché français. Le groupe est composé d’un pôle d’agences en conseil mobile (Bemobee et Nemo Agency) et de deux régies publicitaires mobiles (mBrand3 et mPerf). Infos : www.mobilenetworkgroup.com , www.mbrand3.com.
  • L’offre Shazam TV et radio est commercialisée en France par les équipes de Mbrand3 et de TF1 Publicité.
  • Le Studio SFR est situé rue Tronchet dans le 8e à Paris  au centre d’un concept store homonyme.

Avec Shazam for Radio, le média radio peut prolonger l’expérience d’un spot radio ou de tout autre élément audio d’un programme. Si le consommateur n’est pas submergé par un nouvel afflux de contacts publicitaires mobiles, cette nouvelle approche va relancer  encore l’interaction entre la radio et son audience. A terme, tout et n’importe quoi pourrait être «tagué». Des chansons, des pubs, des jingles, des sons, des jeux… Ce taguage audio va compléter les QR Codes (hypertags, flash codes…) et pourrait nuire gravement à la santé des annuaires et prospectus.

L’application de reconnaissance audio donne un sérieux coup de pouce au développement de radios événementielles, ponctuelles, liées à des opérations de communication innovantes. Le temps est venu d’imaginer autant de radios qu’il y a de marques, autant d’empreintes sonores qu’il y a de logos.

 

Michel Colin

Le spot TV SFR « shazamable » :

http://www.youtube.com/watch?v=QU6RbjMzRLY

Devenez un expert GRP en deux leçons simples (2/2)

Suite du premier article

Qu’est-ce qu’un bon GRP ?

Vaste question qui dépend de l’objectif et de la pression recherchés : Objectifs quantitatifs, pénétration, répétition, sur quelle durée ? Objectifs qualitatifs : contexte de diffusion, cible, interaction cross médias…

Voici trois GRP radio identiques et pourtant construits différemment :

  1. 25% PN x  4 ODE = 100 GRP
  2. 10% PN x 10 ODE = 100 GRP
  3. 50% PN x  2 ODE = 100 GRP

Le premier est un bon équilibre entre pénétration sur le groupe ciblé et répétition minimum efficace.
Dans le second, il faudrait réduire le nombre de spots et acheter une autre radio en complément.
Dans le troisième, il faudrait réduire le nombre de stations et augmenter la répétition.
Toutefois les 2 derniers GRP radio peuvent être bien pensés dans le cadre d’une campagne cross media utilisant d’autres supports.

Quel pourcentage de la cible doit-on atteindre dans une période donnée ?

Il s’agit de la pénétration (en %) sur le groupe cible visé. Atteindre 10% d’un groupe cible c’est peu en terme de puissance. Mais pour un petit annonceur, mieux vaut atteindre 10% de son groupe cible de manière récurrente et répétitive dans l’année que de chercher à impacter plus de personnes sans perspicacité (sans répétition). L’idéal serait d’atteindre 65% des personnes ciblées par la campagne. Obtenir ce score en radio nécessite obligatoirement l’utilisation de plusieurs stations. Aucune radio ne peut atteindre à elle seule les 2 tiers d’un groupe cible (les femmes, les CSP+, les 15-25 ans…) quelque soit sa zone de couverture. Il est donc nécessaire d’additionner les performances de plusieurs stations pour obtenir un fort impact quantitatif sur un groupe cible donné.

L’autre possibilité est de déployer une stratégie cross média qui permettra d’additionner des pénétrations sur le groupe cible visé pour au final obtenir un impact puissant. En utilisant la presse locale, l’affichage et la radio il est possible d’atteindre localement 65% d’un groupe cible. Dans ce cas, chaque support va contribuer au succès de la campagne en apportant son taux de pénétration sur le groupe cible, qui au total, malgré une possible duplication d’individus, sera quantitativement significatif.

Combien de fois le message doit-il être entendu par chaque individu ?

Rien ne sert d’atteindre beaucoup d’individus sans un minimum de répétition. Selon les cultures, en radio, on estime qu’un individu doit être impacté au moins 4 fois (interpellation, compréhension, mémorisation, réaction), idéalement 5 ou 6 fois, pour que la campagne radio produise de bons effets, c’est à dire, du trafic en magasin, des appels, des visites sur le net. Pour un produit nouveau, ou pour un annonceur qui n’est pas très connu, il faudrait que le seuil minimum  atteigne 8 impacts sur chaque individu afin de produire des effets. D’où l’intérêt de communiquer de manière récurrente afin d’entretenir une notoriété spontanée permanente. En effet, l’annonceur qui ne diffuse que 3 ou 4 campagnes annuelles retombe vite dans l’oubli entre chaque vague. Il est alors nécessaire d’augmenter la répétition à chaque campagne pour obtenir des bons retours. Alors que l’annonceur qui est présent sur l’antenne chaque mois, ou mieux chaque semaine, obtiendra au fil du temps de bien meilleurs retours avec une pression publicitaire moindre. Les annonceurs qui communiquent sur plusieurs médias en même temps vont cumuler des impacts qui optimiseront l’efficacité de leur campagne. C’est pour cela que l’on dit qu’un bon mix média permet toujours d’obtenir plus que la simple somme des performance de chaque support (1 + 1 = 3).

Quels sont les critères qualitatifs d’un bon GRP ?

Le contexte de diffusion  (à la maison, au travail, en voiture…) doit être en phase avec l’objectif recherché du message. Il faut pour cela connaître le contenu du message, de la créa, afin de placer le spot dans le meilleur environnement possible. C’est malheureusement très rare. La plupart des médiaplanneurs ne connaissent rien du message. C’est une grave erreur. Les meilleures campagnes intègrent création et planification. Nutella est un parfait exemple. Les spots sont planifiés le matin et chaque message intègre le contexte du jour de diffusion :

Exemples :

Pas de bon GRP sans bon message. Tous les critères qualitatifs d’un spot efficace doivent être réunis (un logo sonore, une idée simple et une seule, le bénéfice consommateur…). Et cela, les logiciels de médiaplanning ne l’interprètent pas ! Il faut donc mettre du bon sens dans la stratégie car aucun outil de calcul de GRP ne tient compte de la durée du spot, du nombre de jours de diffusion, du contexte, de la qualité du message…

Obtenir un GRP optimal (65 %PN x 5,4 ODE = 350 GRP) sur une campagne ponctuelle de 10 jours n’est pas forcément mieux qu’un faible GRP (10% PN x 4 ODE = 40 GRP) dans le cadre d’une campagne récurrente annuelle.

Enfin, un bon GRP sera aussi le fruit d’une bonne stratégie cross média, chaque support apportant ses avantages (visualisation en affichage, explications en presse, répétition en radio, documentation sur Internet…). C’est une conjugaison optimale de l’ensemble de ces points de contacts qui assurera la réussite de la campagne.

Michel Colin

La Radio, point de contact incontournable du mix média

radiosentas.jpg

Mediametrie a publié la dernière édition de Media In Life 2008, étude qui détaille la fréquentation média des Français tout au long de la journée. Les personnes âgées de 13 ans et plus ont en moyenne 38,6 contacts par jour avec une activité média ou multimédia, soit une augmentation de 13,9% par rapport à 2005.

Nombre de contacts quotidiens par personne avec le média :

  • Télévision 15,8 contacts
  • Radio 9,2 contacts
  • Presse 3,5 contacts
  • Internet 3,2 contacts/jour
  • Téléphone mobile passe à 2,1 contacts par jour, contre 0,9 en 2005.

Tendances :

  • les médias sortent de leurs supports d'origine (convergence)
  • l'augmentation du multitasking (le fait pour un consommateur de fréquenter deux médias en même temps).

L'étude couvre tous les médias sauf la Publicité Extérieure, non comptabilisée par exemple dans les chiffres de fréquentation média en déplacement.