Quelle est la valeur de votre base de données auditeurs ?

wysija-pigeon

Malgré les réticences à propos des campagnes d’emails, celles-ci ont encore de beaux jours devant elles. Il est grand temps que les radios prennent conscience de la valeur de leur base de données auditeurs et l’utilise pour booster leur marque en ligne. 

Voici un exemple concret de Neil Patel, co-fondateur de Crazy Egg, Hello Bar, et KISSmetrics, illustrant l’impact des campagnes d’emails en termes de trafic, d’engagement et de revenus par rapport à d’autres leviers (search, réseaux sociaux, trafic direct, etc.). Neil Patel aide des entreprises telles que Amazon, NBC, GM, HP et Viacom à booster leurs revenus. En avril 2007, il lance Quick Sprout, un blog rassemblant des recommandations pour augmenter le trafic de votre site internet. En juillet 2014, il a collecté 184,291 emails via Quick Sprout – dont 126,443 adresses sont toujours actives – et a envoyé 62,619,592 emails.

Ces emails et les réactions engendrées lui ont permis de tirer les conclusions suivantes :

  • Les emails génèrent un trafic important. En juin 2014, 16.25% du trafic de Quick Sprout provient des emails envoyés à sa liste qui est composée de prospects qualifiés.
  • Les emails génèrent davantage de commentaires. En juin 2014, les emails envoyés à la liste d’abonnés Quick Sprout ont généré 35.7% des commentaires laissés sur le site, devant le trafic direct, les réseaux sociaux et le search.
  • Les emails génèrent davantage de partages sur les réseaux sociaux. En juin 2014, 34.3% des clics sur les boutons de partage des réseaux sociaux Quick Sprout provenaient des emails. Encore une fois devant le trafic direct, les réseaux sociaux et le search.
  • Les emails génèrent des revenus. 40% des revenus de Quick Sprout proviennent de sa liste d’abonnés, 35% du search, 13% du trafic direct et 8% des réseaux sociaux.
     
    Pour booster le trafic sur le site de votre radio et votre taux d’engagement sur les réseaux sociaux, il est essentiel de collecter une base d’emails qualifiés et de mettre en place une réelle stratégie de content marketing (combien d’envois, à quelle partie de la liste, à quelle fréquence, quel contenu, etc.).  Selon Neil Patel, les meilleurs moyens de collecter des adresses emails sont de loin les popups – malgré leur côté intrusif – (81% des abonnements à la liste de Quick Sprout) et la barre latérale « opt-in ».

    Si vous n’avez pas commencé à récupérer les adresses emails de vos auditeurs, il est grand temps de s’y mettre ! Des outils comme Mailpoet, SumoMe et MailChimp peuvent vous aider à collecter les emails et à envoyer, gérer et analyser vos envois de mails.

    Source : Quick Sprout

L’efficacité du média radio en Belgique

VAR

 

Le mois dernier, la régie radio et TV belge Var publiait un rapport rassemblant les résultats d’études sur le ROI. A l’heure où il est essentiel pour les entreprises de justifier chaque investissement marketing et d’en présenter les impacts sur leur activité et leur marque, les annonceurs et marketers recherchent des outils efficaces pour mesurer le ROI à court et long terme de leurs investissements média. Mi-2014, la Var a commissionné le bureau d’études GfK pour réaliser des entretiens avec 25 entreprises FMCG* belges sur leur perception du ROI en pratique et sur les critères qu’elles utilisent pour évaluer leurs campagnes : les variables telles que l’image de marque ou le trafic en point de vente sont-elles prises en compte ou seuls les résultats financiers sont mesurés ?

En parallèle, la régie a mesuré le ROI de la radio sur 13 campagnes FMCG monomédia et interrogé 15 entreprises de grande distribution à propos de leurs outils d’analyse.

Principaux résultats :

– Les objectifs des campagnes médias sont souvent difficilement mesurables (tels que soutenir et booster l’image de marque à long terme)

Le ROI est mesuré différemment en fonction des postes : les marketeurs ont tendance à utiliser une formule simplifiée basée sur le coût de l’espace et de la création de la campagne alors que les acheteurs incluent également le coût du personnel, du stockage et des éventuelles erreurs.

– Les marques FMCG ont conscience de l’importance du calcul du ROI mais ont encore des difficultés à le calculer de façon pertinente

Quel ROI pour les campagnes radio FMCG ?

– D’après l’étude réalisée par la Var, la différence en termes d’achat (volume et valeur) entre un groupe de consommateurs ayant entendu un spot FMCG à la radio VS un groupe n’ayant pas entendu le spot est significative :

– En moyenne, le nombre d’acheteurs a augmenté de 39% au sein du groupe ayant été exposé à la campagne VS 12% pour les non-exposés

– En moyenne, la valeur des achats du groupe ayant été exposé à la campagne a augmenté de 65% VS 26% pour les non-exposés

– En moyenne, le volume des achats du groupe ayant été exposé à la campagne a augmenté de 60% VS 15% pour les non-exposés

var-fmcg-roi-radiopub

Focus sur la grande distribution (les retailers) :

– L’objectif principal des campagnes média des retailers est l’augmentation des ventes, c’est donc le 1er indicateur clé dont ils tiennent comptent pour mesurer le ROI d’une campagne

– Les retailers disposant de façon régulière des chiffres exacts de vente, de part de marché, du montant d’achat moyen, etc. la mesure du ROI des campagnes promotionnelles est plus simple que celle des campagnes d’image

– Pour les retailers, les principaux indicateurs mesurés lors d’une campagne display en ligne sont le nombre de clics et le nombre de visites.

– De nombreux facteurs externes viennent compliquer le calcul précis du ROI (actions des concurrents, autres campagnes promo venant cannibaliser les actions mises en place pour un produit, etc).

Consulter le numéro complet de Varia Special Avril 2015.

* FMCG = Fast Moving Consumer Goods

 

Une journée de formation à Lyon pour devenir un expert Radio-to-Web-to-Store

Le 22 avril  à Lyon avec InterMédia

 

InterMédia (Lyon) et Médiatic Conseil (Genève) s’associent pour organiser le 22 avril à Lyon 2e (Espace Gailleton) une journée de formation pointue sur l’impact de la radio pour générer du trafic à la fois sur les sites web et vers les points de vente. Le mix local Radio + Web s’avère être une combinaison puissante, efficace, économique et mesurable. Cette journée vous permettra de découvrir des modèles étonnants et vous repartirez avec une expertise unique, immédiatement applicable.

Les objectifs de la journée de formation

  • Appréhender l’efficacité de la radio pour générer du trafic, tant sur les points de ventes que sur les sites internet.
  • Approfondir ses connaissances du média radio et acquérir une maîtrise parfaite du mix radio/web.
  • Développer des plans médias pertinents en fonction des objectifs de trafic et / ou de vente online et offline.

Public concerné

  • Responsables communication / responsables marketing en entreprises et collectivités
  • Commerciaux et responsables d’agences de communication et d’agences digitales
  • Conseils en achats d’espace, centrales d’achats, …
  • Webmaster et gestionnaires de trafic web
  • Chefs de publicités en régies des radios

Le programme en 7 points clés

  1. Synergie Radio & Internet (usages et devices communs, complémentarités, mobilité, interactions, temps réel…)
  2. Stratégies Radio (branding, trafic points de vente, trafic sites web, trafic social, réactif cross média, jeux et concours interactifs, collecte de datas…) 
  3. Créativité (fondamentaux, formats courts, identité sonore, radio native advertising et branded content…)
  4. Ciblage (contextes et pertinence, données POS et Google Analytics…)
  5. Smart Mediaplanning (ultraciblage, étalement et surpressions, GRP efficace…)
  6. R.O.I. (mesures d’efficacité et études récentes…)
  7. Exemples Tactiques (20 exemples de créa et dispositifs : radio, streaming, plateformes musicales, synchro display, retargeting radio, concours Facebook…)

L’intervenant 

La formation est animée par Michel Colin : 35 ans d’expérience radio en Europe, États-Unis, Afrique, dans des stations locales, des réseaux nationaux et internationaux (Clear Channel). Membre du Radio Advertising Bureau (USA). Consultant Senior International depuis 2003, expert en publicité radio et marketing de proximité. Editeur du blog www.radiopub.fr

Tarif 

650 € HT/personne (repas compris)

• La journée peut être prise en charge par votre organisme collecteur (formation continue et CPF).
• Annonceurs, agences, médias : Il est possible d’organiser cette formation dans votre entreprise à la date de votre choix.

Programme détaillé et modalités pratiques 

Intermedia Pascal LEBY – 06 50 87 06 33 Contact

 

 

 

Une journée de formation pour devenir un expert Radio-to-Web-to-Store

Le 22 avril  à Lyon avec InterMédia

 

InterMédia (Lyon) et Médiatic Conseil (Genève) s’associent pour organiser le 22 avril à Lyon 2e (Espace Gailleton) une journée de formation pointue sur l’impact de la radio pour générer du trafic à la fois sur les sites web et vers les points de vente. Le mix local Radio + Web s’avère être une combinaison puissante, efficace, économique et mesurable. Cette journée vous permettra de découvrir des modèles étonnants et vous repartirez avec une expertise unique, immédiatement applicable.

Les objectifs de la journée de formation

  • Appréhender l’efficacité de la radio pour générer du trafic, tant sur les points de ventes que sur les sites internet.
  • Approfondir ses connaissances du média radio et acquérir une maîtrise parfaite du mix radio/web.
  • Développer des plans médias pertinents en fonction des objectifs de trafic et / ou de vente online et offline.

Public concerné

  • Responsables communication / responsables marketing en entreprises et collectivités
  • Commerciaux et responsables d’agences de communication et d’agences digitales
  • Conseils en achats d’espace, centrales d’achats, …
  • Webmaster et gestionnaires de trafic web
  • Chefs de publicités en régies des radios

Le programme en 7 points clés

  1. Synergie Radio & Internet (usages et devices communs, complémentarités, mobilité, interactions, temps réel…)
  2. Stratégies Radio (branding, trafic points de vente, trafic sites web, trafic social, réactif cross média, jeux et concours interactifs, collecte de datas…) 
  3. Créativité (fondamentaux, formats courts, identité sonore, radio native advertising et branded content…)
  4. Ciblage (contextes et pertinence, données POS et Google Analytics…)
  5. Smart Mediaplanning (ultraciblage, étalement et surpressions, GRP efficace…)
  6. R.O.I. (mesures d’efficacité et études récentes…)
  7. Exemples Tactiques (20 exemples de créa et dispositifs : radio, streaming, plateformes musicales, synchro display, retargeting radio, concours Facebook…)

L’intervenant 

La formation est animée par Michel Colin : 35 ans d’expérience radio en Europe, États-Unis, Afrique, dans des stations locales, des réseaux nationaux et internationaux (Clear Channel). Membre du Radio Advertising Bureau (USA). Consultant Senior International depuis 2003, expert en publicité radio et marketing de proximité. Editeur du blog www.radiopub.fr

Tarif 

650 € HT/personne (repas compris)

• La journée peut être prise en charge par votre organisme collecteur (formation continue et CPF).
• Annonceurs, agences, médias : Il est possible d’organiser cette formation dans votre entreprise à la date de votre choix.

Programme détaillé et modalités pratiques 

Intermedia Pascal LEBY – 06 50 87 06 33 Contact

 

 

 

Tordons le cou à 7 idées reçues !

Les idées reçues sur le média radio ont la vie dure. Entre stéréotype, cliché et lieu commun, elles sont véhiculées par les annonceurs autant que par les commerciaux eux-mêmes. D’où proviennent-elles ? Mystère ! Bien souvent c’est notre expérience personnelle qui nous pousse à croire que notre cas est universel. Mais l’individu n’est pas représentatif de la société. Les idées reçues sont souvent des évidences très ancrées, des faiblesses, des réponses face à une inconnue. Faute de savoir, « on pense que » et on s’en convainc. Ainsi, à défaut de vérification, l’idée reçue fait son chemin.

Voici 7 idées reçues qu’il faut combattre avec les bonnes réponses. 

1- Les gens n’écoutent la radio qu’en voiture ! 

82,1 français sur 100 écoutent la radio tous les jours. En France, comme dans la plupart des pays, la radio est avant tout écoutée au domicile (domicile 51%, voiture 29%, travail 16%). Simplement parce que c’est un réflexe pour des millions de gens chaque matin au réveil, dans la salle de bains, au petit déjeuner… Et comme tout le monde ne part pas travailler l’audience à domicile reste puissante le matin, mais aussi à midi et en fin de journée. Cependant, depuis peu, l’audience des radios musicales est effectivement plus forte en voiture qu’à domicile (domicile 31%, voiture 42%, travail 23%). Sources Mediamétrie 2013.

Localisations d ecoutes de la radio

2- Tout le monde zappe quand la pub arrive ! 

Si la pub radio n’était pas efficace, ça se saurait depuis longtemps. Non, tout le monde ne zappe pas la pub, surtout à la maison ou sur le lieu de travail où le poste de radio est bien calé sur sa fréquence. En voiture certes c’est plus facile de cliquer sur la présélection suivante. Les américains ont démontré dans une puissante étude de 2011 (Arbitron / Coleman / Media Monitors) que seuls 7% des auditeurs en moyenne zappent la pub. Extrapolé chez nous il resterait donc 93% de 82,1% des français derrière les écrans pub, c’est énorme !

3- L’efficacité d’une pub radio est impossible à mesurer ! 

Mesurer le R.O.I. (Retour Sur Investissement) n’est pas une science exacte mais si votre client est bien organisé il saura analyser l’efficacité de sa pub radio. Lorsque l’objectif consiste à générer du trafic sur le point de vente, les commerçants organisés disposent de compteurs de personnes (les portiques de sécurité comptabilisent les passages) et de logiciels qui calculent les ratios (panier moyen…). Et s’il s’agit de booster les visites web c’est encore plus simple, il suffit de surveiller les courbes Google Analytics. Sinon vous pouvez aussi éplucher deux études (Radio the ROI Multiplier et Radio Verkauft) qui ont mesuré un ROI radio souvent plus efficace que la TV et généralement meilleur que tous les autres médias pour de nombreux secteurs d’activités, dont le commerce de détails.

4- Pour être efficace il faut matraquer au moins 8 spots par jour pendant 10 jours !

Si vous n’utilisez pas d’autre média et/ou si l’action concerne un événement ponctuel, et que vous cherchez à atteindre le plus grand nombre de personnes, c’est vrai. Mais en dehors des événements, pour les enseignes ouvertes en permanence, pour les produits à cycle d’achat long, on peut être très efficace avec un spot par jour judicieusement placé, à condition de le faire durablement. Aujourd’hui les concepts de « smart média planning » privilégient le contexte, la pertinence sur le long terme, la répétition concentrée sur une cible pointue, plutôt que les pressions publicitaires ponctuelles « one shot » coûteuses.

5- La pub radio n’est pas adaptée aux petits commerces ! 

Ben voyons ! La pub radio locale est au contraire plus efficace pour les enseignes de proximité. Bien entendu, si vous concevez la pub radio uniquement sous l’angle du matraquage ponctuel, le budget peut être lourd pour un petit annonceur. Mais en plaçant des spots créatifs, pertinents, dans le bon contexte, judicieusement étalés sur le long terme, n’importe quel petit annonceur peut réussir sa stratégie radio avec un excellent retour sur investissement.

6- Les annonceurs locaux ne peuvent pas s’offrir une identité sonore ! 

A cause de cette idée reçue 90% des annonceurs locaux n’ont pas d’identité sonore et perdent ainsi de l’efficacité. Une identité sonore peut commencer à se forger avec un style de spot constant, toujours la même voix, le même concept (Super U, Leclerc…). Puis un logo sonore peut être imaginé avec un simple bruitage, ou une manière originale d’énoncer le nom du commerce.

Avec quelques centaines d’euros un studio créatif peut créer une identité à partir de musique de catalogue. Cela dit, investir un millier d’euros dans une empreinte sonore c’est un sacré bon placement qui boostera l’efficacité des campagnes radio, de l’attente téléphonique, de l’ambiance sonore dans le magasin…C’est un investissement sur le long terme qui peut changer le destin d’une marque (Dim, Carglass…).

7- Les spots avec musique, plus dynamiques, sont plus efficaces ! 

Ecoutez donc les spots nationaux : la plupart sont a capela (hors identité sonore). Alors que la majorité des spots locaux sont noyés dans un berceau musical, le plus souvent inadapté voire inutile (en dehors des soirées avec DJ ou des concerts évidemment). Un spot noyé dans la musique à peu de chances d’émerger dans un écran pub lui-même entouré de musique. La musique, c’est souvent pour cacher la misère d’une pauvre production…

Investissez plutôt dans la qualité de l’écriture, dans le jeu d’un comédien professionnel pour donner de la personnalité à vos spots et tirer profit de la formidable efficacité du média radio. 

Michel Colin
Mediatic Conseils

La Radio aux USA, mesurée championne du R.O.I.

 Etude NCS : la radio génère un retour moyen de $6 par dollar investi

Nielsen Catalina Solutions

La radio stimule les ventes. Maintenant nous pouvons démontrer le retour sur investissement.

Fin mars, Nielsen Catalina Solutions a présenté les résultats de l’étude “From Airways to Aisles:  Measuring Sales Impact with Single Source,” lors de la convention RE:Think 2014 organisée par l’Advertising Research Foundation à New-York.

Inscrit dans une démarche de promotion de l’efficacité publicitaire radio, Nielsen publie la toute première étude single-source sur le sujet, sponsorisée par Clear Channel. Les résultats constituent de solides références pour les acteurs du marché.

Les américains mesurent le retour sur investissement des campagnes radio en croisant les données d’audience collectées via les PPM (Portable People Meter) de Nielsen Audio et les données des achats effectués en magasin relevées par les cartes de fidélité du panel Catalina.

Pour cette étude, les données de 14 000 foyers appartenant aux 2 panels ont été analysées pour mesurer le ROI des campagnes radio de 8 marques et 2 détaillants ayant annoncé sur les stations du groupe Clear Channel.

Les campagnes radio sont indubitablement efficaces

Pour chaque dollar dépensé dans une campagne radio, le retour moyen est de 6 dollars pour les individus exposés à la publicité dans les 28 jours précédant l’achat. Selon le magazine américain Advertising Age ( Ad Age), ce résultat représente le double des meilleures performances soulignées par les récentes études sur l’efficacité de la pub digitale ou des campagnes TV. Toutes les marques étudiées ont obtenus des retours positifs ($1 investi = $23 de ventes pour la meilleure performance).

Advertising Age

 

La durée entre l’écoute d’un spot et l’acte d’achat est un facteur déterminant

La radio est un extraordinaire booster de ventes quand le spot est écouté dans les quelques jours précédant l’exposition au produit. Lorsque le spot est écouté dans la journée précédant l’achat, la part de marché de la marque augmente de 9%, tandis qu’elle n’augmente que de 3,4% si la publicité est entendue dans les 28 jours avant l’achat.

 

Radio PayBack

 

 

Le faible coût des campagnes radio et l’attachement des auditeurs à leur station sont 2 des hypothèses avancées par la directrice des études de Nielsen Catalina Solutions pour expliquer le ROI élevé des campagnes étudiées.

Sources : Nielsen Catalina Solutions et Ad Age
 
 
Michel Colin et Rachel Karmazyn