Pourquoi et comment tirer profit du phénomène #Pokémon GO ?

pokemon go auchan

Pourquoi s’intéresser à Pokémon GO ?

  • Ce jeu sur smartphone  est devenu en quelques jours un phénomène planétaire, difficile donc en qualité d’expert média de passer à côté.
  • Pokémon Go exploite la réalité augmentée. Il s’agit d’une nouvelle technologie qui entre dans des milliards de smartphone, difficile de ne pas s’y intéresser.
  • Le temps passé sur le jeu est en moyenne de 33 minutes par jour aux USA, soit déjà plus que sur Facebook. Pokemon GO capte donc du temps de cerveau disponible, forcément au détriment d’autres consommations médiatiques (radio, TV, vidéo, streaming…).
  • Le jeu offre des possibilités de géolocalisation aux annonceurs, petits et grands, et génère déjà des millions de $ de recettes publicitaires. Difficile d’ignorer un nouveau support publicitaire local qui génère du trafic en point de vente pour quelques euros seulement !
  • Des annonceurs français ont réagi très vite en montant des opérations promotionnelles autour du jeu. Cela représente un potentiel de campagnes publicitaires locales pour les commerciaux radio mais aussi d’OP originales pour les antennes.

 

Capture d'écran 2016-07-27 13.04.52

Comment exploiter commercialement Pokémon GO ?

1/ Téléchargez l’appli Pokemon Go sur votre smartphone et commencez à jouer un peu pour comprendre le principe et vous familiariser. Voici un lien pour vous faire gagner du temps : http://www.phonandroid.com/pokemon-go-guide-astuces-progresser-facilement.html

2/ Identifiez les commerces et enseignes qui ont déjà exploité le jeu pour attirer du trafic sur leur point de vente ou pour animer une promotion et proposez-leur de le faire savoir à vos auditeurs avec une petite campagne radio.

3/ Proposez à vos clients des packages Radio + Pokemon Go :

A vous de jouer !

 

Michel Colin

 

NRJ crée un département Digital Ventures

nrj-digital-solutions

Le nouveau département interne Digital Ventures est dédié à l’examen d’investissements ou de prises de participation dans de jeunes sociétés de l’écosystème digital dont l’activité est annexe ou connexe aux activités du groupe : Radio, TV, web, production de contenus, promotion des audiences radio/télévision, marketing, programmatique et datas.

Ces prises de participation dans des startups pourront être majoritaires ou minoritaires, en cash ou sous la forme de media for equity (investissements en espaces publicitaires permettant d’offrir de la visibilité à de jeunes entreprises en échange de capital), dès lors que le domaine d’activité visé présente un intérêt direct ou indirect pour NRJ Group. Au-delà de l’aspect financier, les projets retenus pourront profiter de la présence du groupe NRJ à l’international (14 pays en plus de la France) dans le cadre de leur expansion.

Les entrepreneurs intéressés peuvent déposer leur dossier de présentation sur l’adresse mail : nrjdigitalventures@nrj.fr

Dans un contexte de montée en puissance croissante, le digital représente un axe important de développement pour le groupe NRJ qui bénéficie déjà, avec 220 webradios, 8 sites internet et 7 applications mobiles, d’une large audience et de positions de premier plan (NRJ est aujourd’hui au 1er rang des radios en France sur les supports multimédias).

 

Le classement #Radioline des podcasts les plus écoutés en France

Le service de radios en ligne Radioline dévoile son classement des podcasts les plus écoutés au mois de juin. Ce type de publication devrait booster le marché de la monétisation des podcasts, qui pour l’instant est au point mort en France.

#RADIOLINEINSIGHTS : LE CLASSEMENT DES PODCASTS NATIFS

Pour le deuxième mois consécutif, le service de radios en ligne Radioline dévoile son classement des podcasts natifs. On constate une entrée fracassante à la troisième place du podcasts Spreaker à propos de l’actualité « Trunews with Rick Wiles ».

Huitième du classement des podcasts, « Choses à Savoir » conserve logiquement la première place du podium suivi à la deuxième place de « Serial ». Le classement fait ensuite la part belle à l’anglais avec deux podcasts d’apprentissage « Apprendre l’anglais » et « English as a second language (ESL) ». Le podcast de Yoga « Mantra, Kirtan and Stotra: Sanskrit Chants » prends 3 places pour terminer à la septième place.

 

radioline podcasts natifs

 

#RADIOLINEINSIGHTS : LE CLASSEMENT DES PODCASTS

 Le trio de tête ne bouge pas et Laurent Ruquier conserve sa place de leader avec Les Grosses têtes ». Les trois podcasts entrés dans le classement le mois dernier se sont maintenant et confortent leur place ce mois-ci avec un gain d’une place pour les Grandes Gueules de RMC. 
Désormais, on retrouve dans ce top 10 uniquement des podcasts francophones et un seul podcast natif, « Chose à savoir ». L’Euro 2016 durant le mois de juin a permis à l' »After Foot » de se maintenir à la quatrième place, juste devant « Au coeur de l’histoire » de Franck Ferrand, qui dépasse « Si tu écoutes, j’annule tout » de Charline Vanhoenacker.

Ce classement est établi par Radioline sur le nombre d’auditeur.rice.s uniques pour chaque podcast disponible sur le service Radioline.

 

 

radioline podcast1

Ce classement est établi par Radioline sur le nombre d’auditeurs uniques pour chaque podcast natif disponible sur le service Radioline.

 

 

 

 

Investissements publicitaires : au T1 2016, le digital devient le premier média devant la télé, très loin devant la radio…

marche pub T1 2016

Selon l’observatoire de l’e-pub SRI, réalisé par PwC en partenariat avec l’Udecam, pour la première fois, au premier semestre 2016, les investissements publicitaires sur Internet ont dépassé la télévision. La publicité en ligne totalise 30 % des investissements publicitaires sur cette période, quand la radio rassemble, elle, 4,7 % des achats médias.

Pour les nombreuses radios locales qui n’ont pas encore enclenché leur transformation digitale et recherchent comment développer des revenus autour de l’Internet, Mediatic Conseils propose plusieurs solutions, simples et immédiatement rentables. Nous vous accompagnons pour la formation de vos commerciaux  et la mise en place de vos offres digitales :

  • la commercialisation des réseaux sociaux à travers des jeux-concours, des OPS cross medias…
  • la commercialisation d’activités de Community Management, de webmarketing
  • la commercialisation de la base de données auditeurs
  • la commercialisation d’opérations antennes et d’événements radio avec un dispositif cross media digital
  • la commercialisation de streaming géolocalisé
  • des concepts commerciaux radio + digital clés en mains

N’attendez plus ! Contactez nous : conseils@mediatic.ch

Sondages #Médiamétrie : le situation est abracadabrantesque, mais le média se porte plutôt bien !

Médiamétrie a publié aujourd’hui l’étude 126 000 pour Mai – juin 2016. Mais la publication de l’étude Médialocales, sur la période septembre 2015 – juin 2016, est reportée au jeudi 4 août à 14h au lieu du jeudi 21 juillet. Après l’annonce de l’exclusion de Fun Radio des prochains sondages d’audience, ce délai supplémentaire est lié à un besoin de retraitement complet des données collectées par sondage téléphonique tout au long de la saison. Les classements par zones géographiques et échantillonnages ne prendront donc, pas en compte, l’audience de Fun Radio. Cette publication tardive pose des problèmes, notamment aux Indés radios qui attendent ces chiffres annuels avec impatience. Ce sont les résultats des Médialocales qui déterminent l’assiette de calcul de leur chiffre d’affaires publicitaire national de l’année à venir ! 

A part ça, le média radio se porte plutôt bien !

Capture d'écran 2016-07-13 11.53.11

Les résultats de l’étude 126000  avril-juin 2016 publiée ce matin sont rassurants. Même si l’on perd 0,7% d’audience cumulée, il y a toujours 79,1 français sur 100 à l’écoute du média radio, en semaine, ce qui représente une sacrée bonne pénétration du média, par les temps qui courent et face à l’augmentation exponentielle de la consommation d’internet.

Encore mieux ! La durée d’écoute est stable à 2h53 par jour (L-V) et 2h31 le week end. Le temps passé sur les activités multi-tâches, multi-écrans, n’affecte donc pas le temps phénoménal consacré au média radio. Selon Médiamétrie, il va de soi.

Les radios privées commerciales renoncent à analyser les audiences de l’étude 126 000 Radio !

(Source Frédéric Brulhatour – La lettre Pro du 13/07/2016) Énième épisode consécutif au FunGate : les radios privées (Lagardère Active, NRJ Group, NextRadioTV, Skyrock et Les Indés Radios) ont annoncé hier soir leur intention de ne pas « analyser publiquement les chiffres de Médiamétrie. Contraints par ces faits sans précédents, nous renonçons à toute communication sur cette enquête » ont-elles annoncé.

« Médiamétrie nous a informés de la méthode statistique de correction retenue, pour corriger, selon elle, les audiences de Fun Radio, sans toutefois évaluer les conséquences sur les autres radios. Or, les premières constations font apparaître que cette méthode telle qu’elle a été appliquée, a eu pour effet de sous évaluer fortement les résultats d’autres radios, notamment celles qui ont de nombreux auditeurs communs avec Fun Radio et qui perdent mécaniquement les déclarants annulés » (un auditeur écoute en moyenne 4 radios sur trois semaines) expliquent les radios privées.
Selon elles, « les audiences sont ainsi inférieures à l’audience réelle du fait du nombre de déclarants perdus. En conséquence, il nous est impossible d’analyser publiquement les chiffres de Médiamétrie. Contraints par ces faits sans précédents, nous renonçons à toute communication sur cette enquête » précisent les radios.

Mais bon, les chiffres trimestriels sont publiés, et chacun aura le loisir de les analyser quand même !

Capture d'écran 2016-07-13 12.04.16

Il faut espérer que la situation abracadabrantesque déclenchée par Bruno Guillon ne discrédite pas trop le média dans son ensemble. (A lire l’excellent papier de Frederic Brulhatour ce matin qui m’a inspiré le titre de cet article). Si cette polémique reste entre pros de la radio ce n’est pas trop grave. Par contre l’effet sur les agences et les grands annonceurs risque d’être plus douloureux si un manque de confiance s’installe.

D’autant que la polémique suivante est déjà lancée : La méthodologie déclarative de recueil des données de Médiamétrie révèle un retard technologique important. La Suisse, par exemple, utilise depuis 15 ans l’audimétrie, une mesure électronique beaucoup plus précise, fiable et rapide. Le Fungate français n’aurait pas pu se produire en Suisse ! Si le sujet vous intéresse,  consultez le dernier numéro de La Lettre Pro n°80 dans lequel j’ai rédigé un article prédictif ; « la polémique sur les audiences éclaire un retard technologique des radios françaises« 

Michel Colin 

 

Pour les analyses, commentaires et rebondissements, rendez-vous sur le site de La lettre Pro !
Le pdf du communiqué 126 000 avril-juin 2016 Médiamétrie.